L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT, 24/08/2015 – Burkina Faso, Mali, Sénégal, Nigeria, Bénin : force mixte, Boko Haram, CMA, accord d’Alger, élections, genre, mobile banking, sécurité.

Mali – CMA – accord d’Alger

La rébellion à dominante touareg dans le nord du Mali a suspendu dimanche sa participation au comité de suivi de l’accord de paix d’Alger, après des heurts armés, a annoncé un de ses représentants.« Nous venons de rencontrer la médiation internationale au siège de la mission de l’ONU au Mali. Jusqu’à ce que les groupes de la plateforme (pro-gouvernementaux) quittent la ville d’Anéfis (sous leur contrôle depuis mi-août), nous suspendons notre participation aux travaux du comité de suivi des accords d’Alger », a déclaré Sidi Brahim Ould Sidati, le, représentant de la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), cité par l’Afp.

Burkina Faso – élections – genre

Au total, 22 candidats, dont trois femmes, ont déposé leur dossier de candidature en vue de l’élection présidentielle du Burkina Faso, prévue le 11 octobre 2015, devant mettre un terme à la transition amorcée depuis la chute de Blaise Compaoré. A la clôture du délai du dépôt des dossiers auprès du Conseil constitutionnel, 22 candidats ont été enregistrés. Quatre d’entre eux se sont lancés à titre indépendant. Les trois femmes sont la présidente du Parti pour la démocratie et le changement (PDC), Saran Sérémé, alors que les deux autres, Françoise Toé et Joséphine Korotimi Zon sont des candidates indépendantes.

Sénégal – mobile banking

Au Sénégal, la banque mobile se développe avec 1, 5 million de comptes mobiles qui sont répertoriés dans le pays, a affirmé lundi à Dakar, Malick Ndiaye, directeur de cabinet du ministre des Télécommunications et de l’Economie numérique. « Au Sénégal, le taux de bancarisation est de 16, 4%.Un taux qui peut être boosté par la bancarisation mobile qui a enregistré 1, 5 million de comptes. Ce qui est encore faible comparativement à la population sénégalaise », a notamment dit Malick Ndiaye, en ouvrant une rencontre sur la poste et l’économie numérique.

Nigeria – Boko Haram – force mixte

Au Tchad, la réunion des pays riverains du lac Tchad et du Bénin pour la mise en place de la force multinationale chargée de la lutte contre Boko Haram s’est clôturée samedi 22 août 2015. Cette réunion a permis de décider des effectifs, de parler de la question du financement et d’aborder les détails stratégiques. A l’issue de la réunion des chefs d’états-majors de cinq pays engagés dans la lutte contre contre Boko Haram, devenu Etat islamique en Afrique de l’Ouest, le chiffre de 8 700 hommes, décidé par les chefs d’Etats a été réparti entre les cinq armées. Ainsi le Nigeria déploiera 3 750 soldats, le Tchad 3 000, le Cameroun 2 650, le Niger 1000 et le Bénin 750.

Afrique – sécurité – rapport

18 % des forces armées africaines souffrent de crises existentielles et que 35 % d’entre elles entreprennent des opérations qui s’inscrivent hors de leurs activités normales en temps de paix, indique, le dernier rapport Think Security Africa qui se concentre sur le financement des forces armées. « Si l’augmentation des opérations militaires en Afrique se poursuit parallèlement à celle des incertitudes budgétaires, les forces armées et les donateurs devront probablement changer leurs priorités de financement afin de garantir le bon déroulement des opérations », déclare Adunola Abiola, fondatrice de Think Security Africa.