L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT – 27/01/2016 – Côte d’ivoire, Togo, Sénégal : Procès, Charles Blé Goudé, armée, violence, justice, Oumar Sarr, santé, fraude.

Côte d’Ivoire – Blé Goudé – procès

L’ex-chef des “Jeunes patriotes” ivoiriens, Charles Blé Goudé, va plaider “non-coupable” à son procès devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour crimes contre l’humanité qui s’ouvre ce jeudi 28 janvier 2016, a déclaré un des ses conseils, Me Claver N’Dry, cité par l’Afp. Charles Blé Goudé va comparaitre aux cotés de Laurent Gbagbo, leur procès est lié à la violente crise postélectorale de 2011 qui a fait officiellement un bilan de 3000 morts.

Togo –  Guinée – Côte d’Ivoire – armée- violence

Des officiers des Forces armées du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger et du Togo prennent part du 26 au 28 janvier 2016  à Lomé, à un atelier de sensibilisation sur les exploitations et les abus sexuels dans le contexte des Opérations de maintien de la paix (OMP).Cette rencontre co-organisée, permettra à terme de créer un mécanisme de prévention, de prise en charge des victimes et de prendre des dispositions adéquates devant décourager toutes velléités dans les différentes opérations de maintien de la paix.

Sénégal – justice – Oumar Sarr

Le coordonnateur du Parti démocratique sénégalais (PDS, ex-parti au pouvoir), Oumar Sarr a bénéficié d’une liberté provisoire après un séjour d’un mois en prison. M. Sarr avait été placé sous mandat de dépôt pour « diffusion de fausses nouvelles » et « faux et usage de faux » suite à la publication d’un communiqué de son parti relatif à l’affaire Lamine Diack (ancien président de L’IAAF) où de prétendues financements de la campagne électorale du président Macky Sall avait été annoncés avant d’être démenties par M. Diack.

Côte d’Ivoire – fraude – santé

Plus de 20 tonnes de produits pharmaceutiques non enregistrés (PPNE) ont été saisies par les Douanes ivoiriennes, rapporte – t-on de source médiatique. Il s’agit de 350 colis de plus de 20,4 tonnes de produits pharmaceutiques non enregistrés (PPNE), c’est-à-dire des sirops, des comprimés mal conditionnés, non autorisés à la consommation et importés en contrebande”, a expliqué le Lieutenant Antoine Bahi, Chef de la brigade spéciale des Douanes.