L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT, 30/07/2014 – Guinée, Guinée Bissau, Burkina Faso, Mali, Côte d’Ivoire, Nigeria: bousculade, Ratoma, transport aérien, Air Algérie, Ebola, Arik Air, dialogue, mines, conférence, CEA

Guinée – bousculade – Ratoma

Suite à la bousculade meurtrière sur la plage de Ratoma, le gouvernement guinéen a décrété, un deuil national d’une semaine, pour compatir à la douleur de nombreuses familles attristées, selon un communiqué du bureau de presse de la présidence.  Mardi 29 juillet 2014, un concert de rap qui réunissait au total près de 10.000 a dégénéré en bousculade faisant un bilan de 23 morts

Guinée Bissau – transport aérien – TAP

Un accord pour la reprise des vols de la compagnie portugaise TAP à destination de Bissau, suspendus en décembre 2013 suite à l’embarquement forcé de 74 Syriens avec de faux passeports, a été signé lundi 28 juillet 2014 à Lisbonne, rapporte Xinhua. Les vols de la TAP sur Bissau vont reprendre le 28 octobre 2014  à raison de trois par semaine, selon l’accord signé entre les chefs de la diplomatie du Portugal et de la Guinée-Bissau, en présence des chefs de gouvernement des deux pays.

Burkina Faso – Mali – crash Air Algérie

Deux juges d’instruction français ont été désignés mardi pour enquêter sur le crash, jeudi au Mali, de l’avion d’Air Algérie qui a fait 118 morts dont 54 Français, rapporte  l’AFP de source judiciaire. Les deux juges du tribunal de grande instance (TGI) de Paris qui ont été cosaisis ont d’ores et déjà délivré une commission rogatoire internationale aux autorités maliennes.

Nigeria – Arik air – Ebola

La compagnie aérienne nigériane, Arik Air, suspend indéfiniment ses vols vers le Liberia et la Sierra Leone, deux des trois pays d’Afrique de l’Ouest touchés par le virus d’Ebola, a indiqué la compagnie. «Nous prenons cette décision importante en tant qu’entreprise citoyenne concernée, ayant à cœur l’intérêt des Nigérians’, indique Arik Air dans un communiqué publié à Lagos, capitale économique du Nigeria.

Côte d’Ivoire – conférence – CEA

La neuvième édition de la Conférence économique africaine se tiendra du 1er au 3 novembre 2014 dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan, sur le thème ‘Savoir et innovation pour la transformation de l’Afrique’, indique la Commission économique pour l’Afrique (CEA).Cette conférence, qui a pour objectif la promotion de la gestion du savoir, va permettre aux chercheurs africains de plancher sur les besoins nécessaires en infrastructures immatérielles pour réaliser la transformation économique de l’Afrique.

Burkina Faso – mines

Le Burkina Faso envisage de diversifier son potentiel minier, à travers le contrat-plan que le Bureau des mines et de la géologie (BUMIGEB) soumettra au gouvernement pour la période 2015-2019, rapporte APA. Le plan vise la prospection d’autres minerais que l’or. Selon les projections, la production d’or, premier produit d’exportation au Burkina Faso, devrait atteindre 40 tonnes en 2015, grâce à la production de 10 mines d’or exploitées contre 7 actuellement. L’or a généré en 2013, plus de 700 milliards  FCFA de recettes d’exportation et 193 milliards  FCFA de recettes fiscales.

Mali – négociations – ONU

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a appelé lundi 28 juillet 2014 toutes les parties à mettre pleinement en œuvre la feuille de route consensuelle pour la paix adoptée à Alger. « Les parties doivent respecter pleinement les engagements énoncés dans la feuille de route, y compris l’ouverture de pourparlers de paix globaux à Alger, le 17 août 2014 », ont recommandé les 15 membres du Conseil de sécurité dans une déclaration présidentielle lue par le président du conseil, le Rwandais Eugène Richard Gasana. La première étape du processus de négociation inter-malien, hébergé par l’Algérie du 16 au 24 juillet dans le but de parvenir à un accord de paix global pour mettre fin à la crise au Mali, s’est achevée avec l’adoption consensuelle d’une feuille de route par le gouvernement du Mali et les groupes armés. « Le Conseil de sécurité souligne qu’il importe que les négociations soient crédibles et ouvertes à toutes les communautés du nord du Mali, l’objectif étant d’obtenir un règlement politique durable de la crise et une paix et une stabilité à long terme dans l’ensemble du pays, dans le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’État malien », indique la déclaration.