L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT – 30/12/2015 – Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali, Bénin : Budget, financement, banque, BHCI, privatisation, microfinance, coopération, BAD.

Sénégal – BAD – financement

La Banque africaine de développement(BAD) et l’Etat du Sénégal ont signé le 29 décembre 2015 un accord de financement aux termes duquel l’institution financière multinationale va allouer une enveloppe de 79,1 milliards  FCFA pour la réalisation d’un Parc de technologies numériques. Une partie de ce financement est également destiné à l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG). Les financements alloués aux deux projets en question s’élèvent respectivement à 40 et 39,1 milliards de francs CFA.

Côte d’Ivoire – BHCI – privatisation

Le gouvernement ivoirien a annoncé, la privatisation de la Banque de l’Habitat de Côte d’Ivoire (BHCI).L’état ivoirien qui détient 51,6% de cette banque en proie à des difficultés envisage de céder es parts à des investisseurs, apprend-t-on de sources officielles.

Mali – budget – hausse

Le budget de l’Etat du Mali pour 2016, adopté par l’Assemble nationale le 18 décembre, a été arrêté en recettes à 1 824,106 milliards FCFA (soit une augmentation de 6,26 % par rapport à 2015) et en dépenses à 1 998,873 milliards FCFA. L’analyse secteur par secteur laisse apparaître une croissance des allocations budgétaires à tous les niveaux. Ainsi, la part du budget consacré à la défense nationale et à la sécurité intérieure connaît une hausse de 14,2% et au secteur agricole de 15,1%.La santé et l’éducation connaissent une hausse des investissements respectivement de 5,2% et 4,8%.

Bénin – microfinance

Le gouvernement béninois envisage de débloquer environ 6,5 milliards FCFA en 2016 pour aider dynamiser le secteur de la microfinance, rapporte Xinhua. Le gouvernement compte ainsi contribuer à l’autonomisation des jeunes et des femmes. Pour ce faire, trois objectifs spécifiques, sont fixés à savoir, notamment la promotion des initiatives d’autonomisation à la base ; la promotion d’une micro-finance professionnelle et le renforcement des capacités institutionnelles et de coordination.