L’Afrique de l’Ouest en bref à 13H00 GMT, 03/10/2013 – Gambie, Mali, Mauritanie, Guinée, Commonwealth, MNLA, sécurité, élections

 
Gambie – Commonwealth

La Gambie ne devrait pas participer aux 20è Jeux du Commonwealth prévus du 23 juillet au 3 août 2014 à Glasgow (Ecosse), avec la décision des autorités de ce pays de se retirer de cette organisation dont les 54 membres sont composés pour l’essentiel d’anciennes colonies ou protectorats de l’Empire britannique. ‘’Le gouvernement se retire du Commonwealth en tant que membre et décide que la Gambie ne sera jamais membre d’une institution néocoloniale (…)’’, peut-on lire dans un communiqué du gouvernement gambien cité par plusieurs médias.

Guinée – sécurité

Le président Alpha Condé a assuré que l’Etat guinéen demeure déterminé à assurer la sécurité des citoyens dont certains craignent une recrudescence de la violence suite aux législatives du 28 septembre dernier dont les résultats ont commencé à être publiés.”Ne craignez rien ; n’ayez peur de rien. Après les élections, il n’y aura rien. L’Etat sera là pour assurer votre sécurité”, a-t-il déclaré dans un message à la nation, ce mercredi 2 octobre, à l’occasion de la célébration du 55e anniversaire de l’accession du pays à la souveraineté internationale.

Mali – MNLA

Le gouvernement malien a libéré 23 prisonniers dont les noms avaient été communiqués par les rebelles touaregs du MNLA au moment de la signature de l’accord de Ouagadougou. Il a justifié cette décision par un souci d’apaisement dans un contexte marqué par des accrochages entre rebelles et militaires maliens à Kidal, la grande ville du nord du pays. ‘’Je ne saurais tolérer l’indiscipline et l’anarchie’’, a cependant prévenu le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dans un discours télévisé, le mercredi 2 octobre, en référence notamment à la fronde de militaires du rang à Kati.

Mauritanie – élections

Le dialogue initié en Mauritanie entre le pouvoir et l’opposition au sujet des prochaines législatives a été suspendu ce mercredi 2 octobre 2013, faute d’accord entre les parties. Lepouvoir a suggéré un report des élections de 15 jours seulement, proposition rejeté par la dizaine de partis réunis autour de la Coordination de l’opposition démocratique (COD, une dizaine de partis).