L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT – 07/03/2017 : Togo, Niger, Sénégal, Burkina Faso : médias, justice, régulation, secteur halieutique, Uemoa, agriculture, foncier, investissement.

Togo : la justice confirme la décision de fermeture de la LCF et de Radio city

La Cour suprême du Togo a jugé « irrecevable » la requête introduite par le Groupe Sud Média demandant l’annulation de la décision de la Haute Autorité de l’audiovisuelle et de la communication (Haac) qui lui a retiré son autorisation.Ce groupe de presse est propriétaire de la chaine de télé LCF et de radio city, deux stations fermées par la Haac. « Ces médias émettent sur des fréquences radioélectriques sans avoir accompli les formalités préalables d’autorisation d’installation et d’exploitation », avait indiqué la Haac dans un communiqué publié début février. Selon le site officiel du gouvernement togolais, la décision de la Chambre administrative de la Cour suprême, rendu ce mardi 7 mars 2017 est « sans appel ».

Uemoa : la Commission déplore une faible transposition des directives communautaires sur la pêche

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa, 8 pays) relève un  « faible » niveau de transposition des directives communautaires relatives à la pêche dans les législations nationales des Etats membres de cette organisation, selon des informations relayées par l’Agence de presse sénégalaise (Aps). Le taux de transposition des directives de l’Uemoa  relatives à la pêche, dans les huit pays membres, était de 27% en 2012, a indiqué, le représentant au Sénégal de cette organisation d’intégration, Dossolo Diarra. Selon M. Diarra, cité par l’Aps, Ce constat emmène la Commission de l’Uemoa à vouloir apporter « un appui technique » aux Etats, afin d’assurer une transposition correcte de ces directives dans les législations nationales de pêche.

Niger : des députés veulent une commission d’enquête dans l’affaire des 200 milliards de Dubai

Des groupes parlementaires de la majorité ont, dans une déclaration rendue publique le 06 mars 2017, manifesté leur soutien à la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour investiguer sur l’affaire dite des 200 milliards FCFA transférés sur un compte à Dubaï suite à une prétendue vente d’uranium dans laquelle est cité l’actuel ministre des Finances du Niger, Hassoumi Massaoudou,selon les informations relayées ce jour par APA,

Sénégal : le président Sall plaide pour la mise en valeur des terres rurales

Le président Macky Sall en tournée « économique » dans la zone Nord du Sénégal, début le 05 mars, a exhorté les ruraux à la mise en valeur de leurs terres alors que le Sénégal est souvent cité dans les rapports d’ONG sur les accaparements de terres.« Nous devons faciliter la mise en place de programmes agricoles de développement. Il ne sert à rien de garder des terres non exploitées qui peuvent être valorisées par des investisseurs » déclaré dans des propos relayés par Agence Ecofin. « On ne vous tordra pas le bras, en tout cas ce ne sera pas sous mon magistère. Cependant, de votre côté, ne soyez pas un frein au développement. On est dans l’ère de l’émergence », a notamment ajouté le président Sall.

Burkina Faso : le gouvernement veut valoriser la filière Karité

Le gouvernement burkinabè vient de lancer un projet d’appui au développement intégré de la filière karité, apprend-on de source médiatiques locales. Financé par la Banque Africaine de Développement à hauteur de 600 millions FCFA, ce projet ambitionne de  rendre la filière plus compétitive, selon le gouvernement. En outre, il compte contribuer à l’accroissement des revenus et à la sécurité alimentaire des populations à travers une gestion durable des cultures de karité et une valorisation des produits dérivés du karité.