L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT – 31/03/2017 : Togo, Niger, Mali, Sénégal : agriculture, contonculture, santé, tuberculose, CEN, conférence, paix.

Togo : la NSCT se fixe un objectif de 160 000 tonnes de coton pour 2017-2018

La Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) a lancé ce vendredi une campagne de mobilisation et de reconquête auprès de 20 000 producteurs de coton. L’objectif fixé est la production de plus de 150000 tonnes pour la campagne 2017-2018, a-t-on appris de source officielle. La dernière production record (188.000 tonnes) remonte à deux décennies, souligne le site officiel du gouvernement togolais, qui précise au passage que des seront menées pour appréhender les difficultés qui freinent la relance du secteur.

Mali :  la restitution des travaux de la conférence d’entente nationale reportée 

La restitution des travaux de la Conférence d’entente nationale (CEN), initialement prévue ce vendredi a été reportée au samedi 1er avril 2017, rapporte plusieurs médias maliens. Selon ces mêmes sources, ce report est dû au fait que sur les trois commissions mises en place, n’ont pas puis terminer leur travaux.

Sénégal : 20 000 cas de tuberculose attendus en 2017

Un total de 20 000 nouveaux cas de tuberculose sont attendus au Sénégal cette année, a révélé le Dr El Hadj Mamadou Diokhané, chargé du volet tuberculose à l’ONG plan international. « 9769 cas de tuberculose contagieuse ont été notés au Sénégal. Plus de 80% de ces patients sont âgés entre 15 et 45 ans. La tuberculose cause une parte de 30 à 40%  de revenus des personnes affectées », a-t-il indique, cité par l’Agence de presse africaine, ce vendredi.

Niger : l’Etat veut amener le taux de prévalence à 50%

Le Niger, pays ayant un des plus forts taux de natalité en Afrique de l’ouest, ambitionne de porter à 50% le taux de prévalence contraceptive d’ici à 2020, à travers un plan d’action national a révélé un officiel lors  d’un atelier sur le sujet tenu le 30 mars à Dakar au Sénégal. « La planification familiale est encore faiblement pratiquée au Niger avec un taux de prévalence contraceptive de 12% », a déploré Hassane Atamo, le Chef de Division Planification familiale au ministère nigérien de la Santé, cité par APA.