L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT – 05/02/2016 – Niger, Côte d’Ivoire, Bénin, Cap-Vert : santé, fièvre Lassa, sécurité élections, économie, transparence, société, genre

Niger – sécurité – élections

Le couvre-feu en vigueur depuis un an dans la région nigérienne de Diffa (sud-est), à la frontière avec le Nigeria, a été allégé en raison de la campagne électorale pour la présidentielle du 21 février 2016, a annoncé une source officielle. « Le couvre-feu a été allégé: les piétons peuvent vaquer à leurs occupations jusqu’à 20H00 (19H00 GMT) au lieu de 19H00 et les voitures sont autorisées à circuler jusqu’à 22H00 au lieu de 21H00 », a affirmé le maire de Diffa, Hankouraou Biri-Kassoum, cité par l’Afp.

Bénin – fièvre Lassa

Un premier cas mortel de fièvre Lassa a été enregistré à Porto-Novo, la capitale du Bénin, et 25 cas suspects dont 12 morts ont été enregistrés dans le pays, indique -t-on de source officielle. L’épidémie de fièvre Lassa, annoncée en début de semaine au Bénin, était jusqu’ici contenue dans la commune de Tchaourou, à 350 km au nord de Cotonou. Depuis, un cas a été détecté à Parakou, au Nord, et un cas mortel a été enregistré à Porto-Novo, la capitale, au sud, a déclaré, le docteur Orou Bagou Yarou Chabi, directeur national du Ministère béninois de la Santé, cité par l’Afp, ce dernier a jugé la situation « inquiétante ».

Cap-Vert – économie – distinction

Le Cap-Vert figure parmi les pays possédant les économies les plus libres du continent africains, souligne l’indice de liberté économique 2016 publié en février 2016 par le think-tank américain Heritage Foundation et le Wall Street Journal.  Cet indice mesure depuis 1995 la liberté économique selon des critères tels que la protection des droits de propriété, la taille de l’Etat, la politique budgétaire et monétaire et la lutte contre la corruption. Pays ouest africains, réputé pour sa démocratie et sa bonne gouvernance, le Cap -Vert partage le podium avec le Botswana et l’Ile Maurice.

Côte d’Ivoire – genre – excision

Près de deux femmes sur cinq, soit 38% sont excisées en Côte d’Ivoire où la majorité de ces femmes l’ont été avant l’âge de 5 ans, a annoncé, ce vendredi 05 février 2016, la ministre de la Promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant, Euphrasie Yao, dans des propos rapportés par Apanews. Cette annonce est faite à la veille de la Journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales féminines qui sera célébrée sous le thème : «réaliser les nouveaux objectifs de développement durable en éliminant les mutilations génitales féminines d’ici à 2030».