L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT – 10/02/2017 : Nigeria, Togo, Sénégal, Mali : corruption, Andrew Yakubu, sécurité, Nord Mali, sécurité routière, santé, Fonds mondial.

Nigeria : près de dix millions de dollars, découvert dans le coffre de l’ex- directeur de la compagnie nationale pétrolière

La commission contre les crimes financière et économique du Nigeria (EFCC), a annoncé ce vendredi 10 février 2017,  la saisie de 9,7 millions de dollars de fonds « illicite » trouvé dans une demeure appartenant à Andrew Yakubu, l’ancien directeur général de la compagnie nationale pétrolière (NNPC). Selon la EFCC, l’argent a été découvert dans un coffre ignifuge dans une maison appartenant à M.Yakubu dans une ville de l’état de Kaduna.

Togo : plus de 38 milliards pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme
 
Le Fonds mondial de lutte contre la Sida, la tuberculose et le paludisme (Fmstp) va mobiliser un enveloppe de plus de 38 milliards FCFA pour lutter contre les trois maladie au Togo a annoncé le directeur exécutif du Fond mondial, Mark Dybul, à l’issue d’une audience à la présidence togolaise. Selon les informations relayées par Latribune.fr, le directeur exécutif du Fmstp, le financement servira également au renforcement du système de santé et la prise en charge des cas de ces trois maladies sur les trois prochaine années. 
 
Mali : le démarrage des patrouilles mixtes, prévu avant la fin de ce mois

Les signataires de l’accord de paix au Mali ont établi un nouveau calendrier prévoyant la mise en place avant la fin février de deux dispositions importantes de l’accord: les « patrouilles mixtes » et les autorités intérimaires dans le Nord, selon un document relayé ce vendredi 10 février 2017 par l’AFP. La réunion se tient un peu plus de trois semaines après l’attentat suicide (80 morts) du 18 janvier 2017 à Gao, principale ville du nord du Mali, visant un camp de regroupement des formations armées signataires de l’accord de paix, en vue de l’organisation des « patrouilles mixtes », une des conclusions de l’accord de paix signé en 2015 à Alger.

Sénégal : vers l’adoption du permis à points

Le gouvernement sénégalais compte adopter le permis à points pour réduire les accidents de la circulation causés notamment par le « déficit de formation » de certains conducteurs et « l’insuffisance de mécanismes de contrôle » des transports, a fait savoir le porte-parole du gouvernement, Seydou Gueye.« La proposition du Premier ministre, qui a été validée, c’est d’instaurer dans les meilleurs délais le permis à points », a déclaré M. Guèye à la fin d’un conseil interministériel sur la sécurité routière, tenue le 09 février à Dakar. Selon M. Gueye, la mise au point du permis à points comporte l’avantage d’ appliquer des mesures rigoureuses à tous les Sénégalais détenteurs d’un permis de conduire.