L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT – 10/12/2015 – Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger, Nigeria : économie, PME, armée, RSP, Boko Haram, Hama Amadou.

Niger – Nigeria – Boko Haram

Le Niger s’engage à remettre aux autorités du Nigeria, dans les prochains jours, plus de 500 combattants du groupe terroriste nigérian Boko Haram détenus dans les différentes maisons d’arrêt de la capitale nigérienne, Niamey, et ses environs. Ces combattants terroristes ont été arrêtés sur le sol nigérien au cours de plusieurs opérations d’envergure engagées par les Forces de défense et de sécurité (FDS) nigériennes appuyées par les forces armées tchadiennes, suite aux attaques meurtrières en février dernier, dans des localités de Bosso et de Diffa (extrême sud-est du Niger, proches du Nigeria).

Niger – Hama Amadou – justice

La Cour de cassation du Niger a rejeté le 09 décembre 2015 une  demande de liberté provisoire de Hama Amadou, opposant et candidat à la présidentielle de l’an prochain, écroué depuis trois semaines pour son implication présumée de trafic présumé de bébés.  « La Cour a dit que la demande de liberté provisoire de Hama Amadou est irrecevable. Nous attendons de savoir pourquoi c’est irrecevable », a déclaré à la presse ce jeudi 10 décembre 2015 un des ses avocats, Me Niandou Karimou.

Côte d’Ivoire – économie  

Le gouvernement ivoirien a adopté de nouvelles dispositions en matière de crédit-bail, dans le cadre global d’une réorganisation de l’environnement juridique encadrant la mise en œuvre de ce mécanisme privilégié de développement des PME/PMI, apprend-t-on dans le communiqué du conseil des ministres du mercredi 09 décembre 2015. Ce mécanisme est très peu usité en Côte d’Ivoire du fait notamment d’un défaut de règles, d’un environnement fiscal défavorable et de la taxation élevé des intérêts, relève la même source.

Burkina Faso – armée – RSP

Une unité mixte, comprenant des gendarmes, policiers et militaires, a remplacé “la semaine dernière” le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l’ancienne garde prétorienne du président déchu Blaise Compaoré, dissoute après le putsch manqué de septembre au Burkina Faso, rapporte l’Afp, citant des sources sécuritaires.