L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT – 18/01/2017 – Sénégal, Gambie, Mali, Côte d’Ivoire, Bénin,Burkina Faso : Cedeao, Yahya Jammeh, intervention militaire, mutinerie, attaque, Gao, CMA, banque, énergie.

Sénégal : intervention militaire en Gambie, des soldats nigérians débarqués au Sénégal

L’intervention militaire de la Cedeao en Gambie se profile, selon des informations relayées par la presse locale sénégalaise, plus de 200 soldats nigérians sont arrivés au Sénégal, ce mercredi 18 janvier 2017, une information confirmée par un communiqué de l’armée nigériane parvenue à Ouestafnews dans la soirée. Selon l’état major de la force en attente de la Cedeao, les hostilités vont démarré dans la soirée, si les dernières négociations ne donnent rien. Yahya Jammeh, battu par Adama Barrow à la présidentielle de décembre dernier, refuse de céder le pouvoir, contestant les résultats prononcés par la commission électorale. Le 17 janvier 2017, Yahya Jammeh a décrété l’état d’urgence pour 90 jours.

Mali : près de 50 morts dans une attaque à Gao (nord)       

Un attentat suicide visant des combattants de groupes armés signataires de l’accord de paix au Mali a fait près de 50 morts ce mercredi 18 janvier 2017 à Gao, grande ville du nord, et porté un rude coup à l’application de cet accord. Les combattants, appartenant à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), ou à des groupes armés pro-gouvernementaux, se préparaient pour des patrouilles mixtes prévues par l’accord de paix signé en mai-juin 2015 entre Bamako et ces différents groupes armés.Ces patrouilles, auxquelles doivent également se joindre des militaires maliens, sont censées préfigurer la refonte d’une armée malienne unitaire.

Côte d’Ivoire : Les primes ne sont dues qu’aux ex-forces nouvelles (ministre)

Le gouvernement ivoirien a apporté des précisions sur l’affaire des primes à la base des mutineries de soldats et de gendarmes. Selon le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné, ces primes sont dues aux «  ex-Forces armées des forces nouvelles (FAFN) désignés pour sécuriser le processus de sortie de crise entre 2007 et 2011 ». Bien que leur prise en charge était prévue dans le Budget de l’Etat, ces soldats n’ont reçu ni primes ni salaires durant cette période, a ajouté M.  Koné, à l’issue du conseil des ministres de ce mercredi 18 janvier 2017.

Côte d’Ivoire : la mutinerie de la gendarmerie paralyse le port d’Abidjan

Le port d’Abidjan, un des plus grands d’Afrique de l’Ouest, a été fermé en fin de matinée de ce mercredi 18 janvier 2017en raison de tirs de gendarmes et douaniers mécontents, selon des informations rapportées par l’AFP. Selon des témoignages recueillis par l’AFP, des gendarmes ont commencé à tirer en l’air au port de pêche vers 10H00 (locales et GMT). Ensuite, ils sont venus vers nous, les transitaires, et nous ont chassés. Tout le monde est parti. Tout est fermé », a précisé  un employé du port.

Burkina Faso : Afriland first bank, veut s’installer

Le président de la banque Afriland first group, Paul Fokam a affiché son ambition, de créer une filiale au Burkina Faso, afin dit-il, d’accompagner le pays dans sa politique de développement. «En tant que président de la banque Afriland first group, j’ai l’intention de créer une filiale ici qui devrait aussi accompagné la jeunesse et le Faso dans sa politique de développement », a affirmé Paul Fokam, cité par la presse publique à l’issue d’une audience avec le président du Faso Roch Kaboré, le 17 janvier 2017. Afriland first group est un holding bancaire installé en Suisse et dirigé par le Camerounais Paul Kammogne Fokam.

Bénin : la Cedeao construit un centre d’informations sous régional sous l’énergie

La Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao),  a lancé à Abomey-Calavi, au Bénin, les travaux de construction du Centre d’information et de coordination du système d’échanges d’énergie électrique ouest-africain (EEEOA).D’un coût global d’environ 30 millions d’euros, financés par le programme indicatif régional du 10e Fonds européens du développement (Fed), va permettre de « coordonner les différents centres de contrôle nationaux et régionaux en charge de l’exploitation du système et de gérer le marché régional de l’électricité », a souligné le président de la commission de la Cedeao, Marcel de Souza.