L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT, 25/06/2015 – Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger : justice, élections, Alassane Ouattara, droits humains, économie, emplois, Boko Haram, sécurité alimentaire, PAM.

Côte d’Ivoire – justice – appel

Dix-neuf ONG, dont la Fédération internationale des droits de l’Homme et Human Rights Watch, ont appelé ce jeudi 25 juin 2015,  le président ivoirien Alassane Ouattara à maintenir ouvertes les enquêtes sur la crise postélectorale de 2010-2011 afin que les juges puissent aller jusqu’au bout de leurs investigations. « La clôture prématurée de ces instructions aurait pour conséquence certaine des procès mal préparés et des accusations insuffisamment étayées ne permettant pas de rendre justice aux victimes », ont-elles déclaré dans une lettre envoyée au président Ouattara et relayée par l’AFP. Alors que la Côte d’Ivoire s’achemine vers une élection présidentielle en octobre 2015,  le gouvernement ivoirien a demandé à la Cellule spéciale d’enquête, en charge de ces affaires, de « terminer son travail d’ici le 30 juin 2015 » font savoir les organisations.

Burkina Faso – économie – Patece

Le Burkina Faso entame la mise en œuvre du Projet d’aide à la transformation économique et à la création d’emplois (Patece) grâce à un financement d’environ 7,6 milliards  F CFA de la Banque africaine de développement (BAD), rapporte APA, citant  ministère de l’Economie et des Finances. Le Patece vise à consolider les institutions de promotion du secteur privé et à promouvoir la transformation structurelle de l’économie au Burkina Faso. Les bénéficiaires directs de ce projet seront les institutions d’appui au secteur privé, les opérateurs du secteur privé, notamment les entreprises de petite et moyenne taille, et en particulier celles qui sont dirigées par des femmes.

Niger – Boko Haram – combats

Quinze combattants de Boko Haram ont été tués au cours d’opérations terrestres et aériennes” de l’armée nigérienne contre des positions du groupe armé nigérian, annonce  un communiqué du ministère de la Défense, daté du 24 juin 2015  et relayé par la presse. L’armée nigérienne annonce  aussi fait 20 prisonniers parmi les troupes ennemies, en plus de la destruction de d’un blindé, et de 26 motos

Burkina Faso – alimentation

La carence alimentaire des enfants coûte chaque année au Burkina Faso 409 milliards de FCFA, soit 7,7% du Produit intérieur brut (PIB), révèle une étude sur la question, rendue publique mardi dernier à Ouagadougou. Selon les résultats de l’étude sur “le coût de la faim” dirigée par l’Union africaine et le Programme alimentaire mondial (PAM), globalement, « l’économie burkinabè perd chaque année 409 milliards de FCFA soit 7,7 % du Produit intérieur brut (PIB) », en termes de dépenses causées par la sous-alimentation des enfants. En effet, souligne le document, la diarrhée, la fièvre, l’anémie et les infestions respiratoires sont liées à l’insuffisance pondérale qui entraîne 40% des mortalités infantiles. Les auteurs du rapport révèlent aussi que les enfants souffrant de sous-nutrition ont un taux de redoublement de 11,5% contre 8,5% chez les enfants qui n’en souffrent pas.