L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT – 27/12/2017 : Togo, Côte d’Ivoire, Nigeria, Burkina Faso : administration, grève, décentralisation, agriculture, finances.

Côte d’Ivoire : les fonctionnaires grévistes suspendent leur mot d’ordre pour un mois

Les fonctionnaires ivoiriens en grève depuis le 09 janvier ont suspendu ce vendredi 27 janvier 2017, leur mot d’ordre pour une durée d’un mois, a appris Ouestafnews de source syndicale. Cette décision est actée « afin de donner une chance aux discussions à venir » précise le communiqué syndicale publié ce vendredi 27 janvier 2017. La plateforme syndicale invite selon le meme communiqué,  les fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire à reprendre le travail dès lundi 30 Janvier 2017. Cette suspension du mot d’ordre  intervient suite à la mise en place d’un comité technique mixte, chargé d’étudier les revendications portant sur des arriérés de salaires entre autres points.

Burkina Faso : hausse annoncée de la production agricole vivrière

La production prévisionnelle totale des cultures de rente au Burkina Faso est évaluée à 1 617 990 tonnes., a-t-on appris de source officielle. « Cette production est en hausse de 16,41% par rapport à la campagne précédente et de 32,87% par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes » précise le communiqué gouvernemental parvenu à Ouestafnews. La production céréalière totale attendue est de 4 705 030 tonnes, soit une hausse de 12,30% par rapport à la campagne 2015-2016 et de 6,48% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. La production prévisionnelle totale des autres cultures vivrières (niébé, voandzou, igname et patate) s’établit à 842 791 tonnes, soit une hausse de 21,44% comparativement à la campagne 2015-2016. 

Togo : mise en place d’un organe de suivi de la décentralisation

Le gouvernement togolais vient de mettre en place un Conseil national de suivi de la décentralisation (CNSD) apprend-t-on de source officielle. Le CNSD a pour mission essentielle de fixer les orientations pour la mise en œuvre de la décentralisation et de veiller à leur cohérence avec les autres politiques sectorielles.

Nigeria : Fitch abaisse ses perspectives sur la note d’emprunt du pays

Fitch Ratings a maintenu à « B+ » la note d’émetteur en devise étrangères sur le long terme du Nigéria, mais en abaisse les perspectives de « stables », à « négatives », indique l’agence dans une note relayée par Agence Ecofin. L’agence explique sa décision par un déficit persistant des liquidités en devises, associé à une faible production pétrolière, qui a plombé l’économie nigériane, la poussant même en récession, au cours de l’année 2016. De plus, les analystes de Fitch prévoient pour 2017,  «  une relance faible de la croissance économique au Nigéria à seulement + 1,5%, loin des moyennes de 4,8% réalisées durant  les années 2011-15 ».