L’Afrique de l’ouest en bref à 19H 00 GMT, 30/06/2015 – Mali, Burkina Faso, Sénégal, Ghana : Afrique, marché financier, Eurobond, frontière, insécurité, politique, justice, Cedeao, élections, Uemoa, directives.

Mali – Côte d’Ivoire – insécurité

Des hommes armés dits « djihadistes » au Mali ont menacé mardi de frapper la Mauritanie et la Côte d’Ivoire, après avoir étendu ces derniers jours leurs attaques près des frontières avec ces deux pays, accusés de coopérer avec « les ennemis de l’islam ». Selon la presse Ansar Dine, un des groupes djhadistes a revendiqué l’attaque de Nara et de Fakola, localités situées près de la frontière ivoirienne.

Burkina Faso – politique – justice

Sept partis politiques burkinabè, dont celui du président déchu Blaise Compaoré, ont attaqué ce mardi 30 juin 2015 devant la justice ouest-africaine le nouveau code électoral du Burkina, qui leur interdit de concourir aux élections d’octobre. Treize individus et sept formations politiques, dont l’ancien parti au pouvoir (Congrès pour la démocratie et le progrès, CDP) de M. Compaoré, ont demandé à la Cour de justice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 membres), basée à Abuja, de dire que ce nouveau code électoral viole leurs droits. La Cour a indiqué qu’elle rendrait sa décision le 13 juillet 2015. Le Burkina Faso est membre de la Cédéao et doit en conséquence se plier aux décisions de la justice régionale.

Sénégal – Uemoa – directives

Le taux d’application des directives, règlements et décisions de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) est passé de 53% à 72%, a déclaré ce mardi 30 juin 2015 à Dakar M. Birima Mangara, le ministre délégué chargé du budget au Sénégal. Cité par APA, il s’exprimait lors de la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’Uemoa au Sénégal. Quant au taux de transposition de ces mesures de l’Uemoa, M. Mangara est d’avis qu’il est passé de 64% à 71%.

Afrique – marché financier – Eurobond

Le volume global des Eurobonds émis par les pays et les entreprises d’Afrique subsaharienne hors Afrique du sud, a reculé de 35% au cours du premier semestre 2015 comparé à celui de la même période en 2014 et se traduisant par une valeur globale de 3,5 milliards $, peut-on constater au regard des données de ces opérations sur la période de référence, rapporte le site d’informations économiques et financières, Agence Ecofin. Ce recul des eurobonds des pays d’Afrique subsaharienne n’est pas seulement le fait d’un désistement des investisseurs. Au contraire, certains d’entre eux, face au blocage des opportunités sur les marchés occidentaux et asiatiques, se tournent vers l’Afrique qui reste la seule région offrant encore des rendements intéressants, note la même source dans son analyse.