Lancement de la 3ème édition du prix littéraire de l’AIRF

« Tous les auteurs issus des pays francophones peuvent concourir, sous réserve qu’ils n’aient pas encore été publiés et ne soient pas sous contrat avec un éditeur », selon le communiqué de l’Airf
parvenu à Ouestafnews.

Il s’agit pour les promoteurs de distinguer « un roman ou un recueil de nouvelles d’approximativement 350 000 signes soit environ 80 à 85 pages recto/verso ».

Les deux premières éditions de ce prix ont été remportées par des auteurs ouest africains, notamment l’Ivoirien Arsène Angelbert Ablo, pour son roman «Cœurs d’Etat» en 2009 et la Burkinabée, Florentine Kima, distinguée en 2010 pour un roman intitulé «Chienne de vie».

L’auteur du prix verra sa création publiée grâce à une édition de 3.000 exemplaires, assurée par l’AIRF.

Selon son site internet, l’AIRF « a pour but d’établir entre les collectivités, territoires et communautés régionales francophones des coopérations, des échanges d’information et d’expériences touchant à leurs domaines d’activité ». Affiliée à l ‘organisation internationale de la francophonie , Elle rassemble aujourd’hui plus de 141 membres, représentants de collectivités régionales de 26 pays.