Le Brésil au secours du coton africain agonisant

Le projet qui va commencer par le Mali concerne trois autres pays producteurs du coton à savoir, le Bénin, le Burkina Faso et le Tchad, selon le ministre brésilien des Affaires extérieures du Brésil, Celso Amorin, cité par le quotidien malien L’Essor (pro-gouvernemental) consulté par Ouestafnews..
Le ministre brésilien, qui était en visite à Bamako a ainsi procédé à la pose de « la première pierre de l’unité expérimentale de démonstration des technologies brésiliennes » dans un centre de recherche agronomique du Mali
L’investissement total dans la cadre de ce programme destiné aux quatre pays s’élève à 2, 2 milliards de francs Cfa, selon la même source.
Cette offre brésilienne intervient dans un contexte marqué par la baisse des rendements de la fibre dans les principaux pays producteurs en raison de plusieurs facteurs, dont notamment la baisse des prix sur les marchés internationaux.
Cette baisse des prix est elle-même essentiellement due aux subventions que les grandes puissances, notamment les Etats-Unis accordent à leurs agriculteurs.
Le Brésil, et certains pays africains ou du tiers monde, mènent ainsi depuis plusieurs années un intense combat au niveau des instances internationales pour mettre fin à ce qu’ils qualifient d’injustice,
Le président malien Amadou Toumani Touré a d’ailleurs qualifié ces subventions accordées aux producteurs des pays riches de « prédation », reprenant ainsi les propos du ministre Brésilien qui invite les pays africains à se battre contre ces subventions qui sont en leur défaveur.
Ces dernières années, le Brésil comme plusieurs autres pays qualifiées de nouvelles puissance ou de nations émergentes (Chine, Inde, Malaisie, Venezuela) ainsi que les riches monarchies du Golfe font concurrence aux puissances occidentales sur le terrain de la coopération internationale, et plus particulièrement en Afrique ou les besoins en investissements publics comme privés restent colossaux.