Le Club de Paris annule la dette du Togo

"Plusieurs créanciers entendent accorder au Togo à titre bilatéral des allégements de dette additionnels au-delà des termes définis dans l’accord du Club de Paris", précise un communiqué du Club de Paris publié sur le site officiel du gouvernement togolais.
La même source affirme que Lomé "s’est engagée à affecter les sommes auxquelles les créanciers du Club de Paris ont renoncé aux objectifs prioritaires (…) de réduction de la pauvreté.»
Le Club de Paris est un groupe informel de gouvernements créanciers. Parmi ses membres, il y a l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, les Etats-Unis, la France, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse.
Ces pays ont participé à la restructuration de la dette du Togo.
”Fin novembre, le Fonds monétaire international (FMI) avait annoncé que le Togo avait rejoint la liste des pays pauvres très endettés (PPTE), lui permettant de bénéficier d’un dispositif d’effacement de la dette des Etats les plus démunis”, rappelle le communiqué, qui rappelle que la dette extérieure togolaise atteignait 2,2 milliards de dollars à la fin 2007.
L’initiative des PPTE a été lancée en 1996 par la Banque mondiale et le FMI pour encadrer l’effort d’effacement de la dette des pays les plus démunis.
Par ailleurs, le gouvernement français avait annoncé en septembre qu’il doublait son aide au Togo en la portant à 5 millions d’euros pour aider ce pays, "en passe de réussir sa transition démocratique", à faire face à la crise alimentaire, mentionne le document.