Le Niger suspendu de la Cedeao

Dans un communiqué parvenu à Ouestafnews, le président en exercice de la Cedeao, le Nigérian Umaru Musa Yar’Adua, a « regretté » le fait que les autorités de Niamey n’aient pas suivi les décisions du sommet de l’organisation régionale, samedi dernier à Abuja, qui avait demandé le report sine die du scrutin pour favoriser le dialogue entre le président et l’opposition.
« La tenue de ces élections s’est faite au mépris total des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao et témoigne de la volonté manifeste des autorités nigériennes de poursuivre dans la voie de l’illégalité constitutionnelle qui prévaut actuellement », soutient le communiqué.
Le régime du président avait déjà une première fois fait fi des recommandations de l’institution sous régionale en organisant le 4 août dernier un référendum très controversé.
L’attitude du président nigérien « signifie également le rejet des appels au dialogue pour résoudre la crise constitutionnelle dans laquelle s’enfonce le pays », a estimé son homologue et voisin du Nigeria.
Avec cette décision, le Niger se voit interdit de sommet des chefs d’Etat et de réunions ministérielles de l’organisation sous-régionale.
De même, les députés issus du scrutin de mardi ne seront pas autorisés à siéger au Parlement de la Cedeao.
Au terme d’une réunion tenue le samedi 17 octobre à Abuja, l’organisation sous-régionale avait demandé aux autorités nigériennes de reporter le scrutin et d’ouvrir un dialogue avec l’opposition.
Celle-ci dénonce « un coup d’Etat », suite à la tenue du référendum qui autorise Mamadou Tandja à prolonger de trois ans son mandat qui expire en décembre prochain.
La Cedeao a son siège à Abuja. Il compte 15 pays membres: Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo.