Le Nigeria compte économiser 2 milliards de dollars avec l’arrêt « total » d’importation de riz

L’interdiction totale de toute importation de riz sera effective au Nigeria en 2015, selon les prévisions du gouvernement. La mesure avait débuté partiellement avec les pays frontaliers en avril 2013.

Cité par le quotidien The Nation, le ministre Adesina a fait savoir que son pays veut désormais s’appuyer sur la promotion du riz local dont la production couvrira l’ensemble des besoins nationaux.

Selon Akinwumi Adesina, non seulement le Nigeria sera autosuffisant, mais sera aussi un exportateur à partir de 2015.

Pays le plus peuplé du continent avec 170 millions d’habitants est jusqu’ici le premier importateur de riz au monde.

Selon l’argumentaire des autorités, l’importation de riz ne peut pas être viable dans la durée, car plus la population augmente plus la demande s’accroit et les prix montent sur le marché international.

D’après les estimations du ministère nigérian de l’agriculture, les importations de riz allaient coûter au Nigeria, 150 milliards de dollars en 2050.

Les importateurs locaux qui se sont attaqués à la décision du gouvernement soulignent que les conditions ne sont pas réunies pour une production locale suffisante. Ce que le ministre dément, soulignant que toutes les études indépendantes conduites prouvent le contraire.

Le programme riz au Nigeria est un des piliers du programme spécial dénommé « Agricultural transformative Agenda », mis en place par le président Goodluck Jonathan et destiné à booster la production agricole locale de cinq denrées essentielles que sont le riz, le manioc, le sorgho, le cacao et le coton.