Le retour de la Bad à Abidjan dépend de la sécurité, selon son président

«La date exacte de retour dépend de notre évaluation des conditions physiques (les écoles, les cliniques, etc.). Il y a également l’achèvement de la rénovation de notre immeuble siège. Il faut évaluer la situation de la sécurité», a notamment affirmé M. Kaberuka cité par le quotidien gouvernemental sénégalais Le Soleil.

« Pour le moment, je ne suis pas en mesure de donner une date précise », a ajouté le président de la Bad qui tient ses assemblées générales annuelles à Abidjan les 27 et 28 mai 2010.
En prélue à ces réunions, les autorités ivoiriennes avaient exprimé leur optimisme quant à un retour éventuel de la Bad à son siège d’Abidjan.

« Que les Ivoiriens soient tranquilles, parce que leur banque va revenir. Il y a des obstacles, mais nous allons les franchir », avait notamment affirmé Paul Antoine Bohoun Bouabré, ministre du Plan et du Développement lors d’une rencontre avec la presse de son pays.

Pour le ministre ivoirien, « la Bad n’a pas de raison d’être dehors, mais il est plus facile de partir que de revenir ».

Selon Le Soleil, Dr Kaberuka a lancé un appel aux Ivoiriens à qui il a dit : «Dépêchez-vous ! Dépêchez-vous ! Le peuple africain attend».

La Bad avait quitté son siège d’Abidjan du fait de la crise ivoirienne, pour s’installer provisoirement à Tunis, en février 2003.

Institution dont la mission est de financer le développement du continent, la Bad compte 53 États africains dit « pays membres régionaux » et 24 États non-africains (pays membres non régionaux).

L’adhésion de ces derniers à la Bad remonte à mai 1982, suite à la décision du Conseil des gouverneurs d’ouvrir le capital de l’institution à la participation d’États non africains.

Le dossier d’adhésion de la Turquie est en voie de « finalisation ».