Le Sénégal renonce au rapatriement de Hissène Habré

« Suite à la demande faite par Madame le Haut commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme (Navi Pillay), le Sénégal entend engager immédiatement des consultations avec les Nations-Unies et l’Union africaine, la communauté internationale pour qu’une solution puisse intervenir rapidement », a expliqué Madické Niang dans une déclaration retransmise par la Télévision nationale.

La décision d’envoyer Hissène Habré vers son pays (où il a été déjà condamné à mort par contumace) avait été rendue publique à la surprise générale le vendredi 8 juillet 2011 par le gouvernement sénégalais.

Depuis une décennie, le Sénégal fait l’objet d’intenses pressions de la part des organisations de défenses des droits de l’Homme qui veulent que Habré soit extradé dans un pays où il sera jugé, et notamment en Belgique.

Hissène Habré, ancien président du Tchad renversé en 1990 par l’actuel président Idriss Deby Itno, vit en exil au Sénégal depuis sa chute. Des associations de défense des droits de l’Homme l’accusent de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et d’actes de torture commis pendant son règne.