Légère baisse des transferts de fonds vers l’Afrique subsaharienne, selon la Banque mondiale

Ces transferts devraient se situer cette année à 21,5 milliards de dollars US (soit plus de 10.100 milliards FCFA) contre 21 milliards de dollars (environ 9.900 milliards FCFA) l’année précédente, selon les taux actuels du dollar américain.

La baisse s’explique essentiellement par la crise financière internationale qui sévit depuis deux ans dans les pays développés, selon un communiqué de l’institution financière internationale parvenu à Ouestafnews.

« En 2008 et 2009, les envois de fonds ont constitué plus que jamais un filet de sécurité pour les pays pauvres, confrontés à l’effondrement des flux de capitaux privés provoqué par la crise », selon Dilip Ratha, Chef de l’Unité Migrations et envois de fonds à la Banque mondiale cité par la même source.

Parmi les dix premiers pays destinataires de ces fonds envoyés par les migrants en Afrique subsaharienne, figurent quatre pays ouest africains.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique et possédant une forte diaspora dans le monde, occupe la première place du classement en Afrique subsaharienne avec 10 milliards de dollars reçus (plus 4.740 milliards FCFA), soit près de 5% de son Produit intérieur brut (PIB) en 2010, indique la même source.

Les autres pays ouest africains qui bénéficient largement de ces transferts sont respectivement le Sénégal, classé 4ème, avec 1,2 milliards de dollars (plus de 568 milliards FCFA), soit 9,1 % du PIB, derrière le Soudan et le Kenya.

Les deux dernières places de ce « top 10 » des pays destinataires en Afrique subsaharienne sont occupées par deux autres pays ouest africains, le Mali et le Togo avec chacun 385 millions de dollars (182,5 milliards FCFA).

Toutefois la BM estime que ces transferts de fonds en direction des pays en développement risquent d’être ralentis par le durcissement des lois d’immigration et « les variations de change qui pourrait avoir des effets imprévisibles », sur ces opérations.