Les attaques israéliennes « disproportionnées » condamnées à Dakar

L’usage « disproportionné » de la force ainsi que la destruction « volontaire » d’infrastructures essentielles et les tueries de « civils innocents » par les forces israéliennes, ne contribuent qu’à « justifier davantage le recours à la violence et à l’extrémisme », estime le ministère sénégalais des Affaires étrangères.
L’armée israélienne a lancé une grande offensive militaire depuis plus de quatre jours dans la bande de Gaza et au Liban où une partie de l’aéroport de Beyrouth a été détruit dès le déclenchement de l’opération militaire israélienne.
Les israéliens tentent par cette offensive de faire libérer trois de leurs soldats. L’un de ses soldats a été pris en otage par les Palestiniens et les deux autres par le Hezbollah libanais, en riposte aux agressions « répétées » de l’Etat hébreu.
Le Conseil de sécurité de l’Onu ainsi que le Quartet (qui réunit, les Etats Unis, l’Union Européenne, la Russie et l’Onu) sont interpellés par ces opérations militaires de « grande envergure », selon le gouvernement sénégalais.
Le Sénégal invite la communauté internationale à « prendre d’urgence, toutes les initiatives » susceptibles de mettre fin à « l’escalade de la violence et à créer les conditions de règlement pacifique et négocié de la crise » au Proche Orient.
Dakar qui exprime sa « vive préoccupation » face à la situation entretient des relations diplomatiques avec Israël ainsi qu’avec l’Autorités Palestinienne. Israël et la Palestine sont représentés dans la capitale sénégalaise par des ambassades.
Le Sénégal a présidé pendant plusieurs années le Comité pour la protection des droits inaliénables du peuple palestinien, au sein de l’Onu.