Les brèves en Afrique de l’Ouest à 13H00 GMT- le 08/02/2018 – Gambie, Sénégal, Burkina Faso, Niger : Commonwealth, santé, sécurité, G5 Sahel.

Gambie : retour du pays dans le Commonwealth ce jeudi  

La Gambie va rejoindre officiellement ce jeudi 8 février 2018 le Commonwealth, cinq ans après son retrait sous le régime de l’ancien président Yahya Jammeh, rapporte BBC Afrique. L’ancien président gambien avait décrit à l’époque cette organisation comme une «institution néocoloniale» et l’institution dénonçait souvent les violations des droits de l’homme en Gambie, indique la même source.

Sénégal : un milliard FCFA pour le centre hospitalier pour enfant de Diamniadio

Le gouvernement sénégalais et la Chine ont paraphé ce jeudi 8 février 2018 un accord de coopération économique d’un montant de plus d’un milliard FCFA pour le financement d’une mission technique chinoise au centre hospitalier d’enfant de Diamniadio, rapporte l’Agence de presse sénégalaise. «Le gouvernement de la République populaire de Chine consent à accorder au Sénégal, un montant de plus d’un milliard FCFA, destiné au financement de la mission chinoise au centre national hospitalier d’enfant de Diamniadio», a indiqué le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, cité par la même source.

Burkina Faso : vers l’octroi d’une licence « technologiquement neutre »  

Le gouvernement burkinabè va engager des discussions avec les opérateurs téléphoniques pour l’octroi de « licences individuelles technologiquement neutre » et l’exploitation de réseaux et services de communications électroniques au Burkina Faso, selon un communiqué d’un conseil des ministres. L’attribution desdites licence va permettre de simplifier le processus d’attribution et de gestion des licences tout en donnant aux opérateurs une plus grande flexibilité pour la mise en œuvre de leurs réseaux et services, notamment le 4G, indique le document.  

Niger : le G5 Sahel demande encore des financements à la communauté internationale

Les chefs d’Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), réunis en sommet mardi à Niamey, ont réitéré leur demande à la communauté internationale d’un soutien financier supplémentaire pour leur force militaire conjointe. «Compte tenu de la pression qu’exerce la crise sécuritaire actuelle dans le Sahel sur les finances publiques des Etats membres, les chefs d’Etat invitent les institutions financières internationales (…) à mettre en place des ressources additionnelles pour y faire face», affirme le communiqué final du sommet publié mardi soir.