Les brèves en Afrique de l’Ouest à 13H00 GMT- le 14/06/2017- Ghana, Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire : cacao, limogeage, Meité Sindou, sécurité…)

Ghana : la Cocobod fixe un objectif de 1,5 million de tonnes
 
Le Ghana s’est fixé un objectif de production de 1,5 million de tonnes par an. L’annonce a été faite par Hackman Owusu-Agyemang, président du Conseil du cacao (Ghana cocoa board) lors de la  Conférence sur les engrais et les agro-industries de l’Afrique de l’Ouest (10-12 juillet). Selon M. Owusu-Agyemang, les dispositions et mesures nécessaires sont déjà prises afin de satisfaire à cette ambition. Il s’agit par exemple du paiement du prix du producteur rémunérateur ou encore de la replantation dans les fermes de cacao excédentaires.
 
Sénégal : fuite massive au Bac, une trentaine de personnes arrêtés
 
Une trentaine de personnes ont été arrêtées au Sénégal après des fuites au baccalauréat ayant entraîné l’annulation d’épreuves de français et d’histoire-géographie, a-t-on appris de source médiatique. Les épreuves de français, pour les séries littéraires, et d’histoire-géographie, toutes séries confondues, ont été annulées à la suite de la diffusion des sujets sur les réseaux sociaux, notamment la messagerie WhatsApp.
 
Côte d’Ivoire : limogeage de Meité Sindou
 
Le Secrétaire national au renforcement des capacités, Méïté Sindou et le directeur général de la loterie nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci) Issiaka Fofana ont été limogés, le 13 juillet 2017, par décrets présidentiels, rapporte APA. Les motifs derrière ces limogeages n’ont pas été précisés.
 
Mali : le représentant de l’Onu, déplore une extension du conflit au Burkina et au Niger
 
Le conflit au Mali s’étend désormais au Burkina Faso et au Niger, avec une forte augmentation des attaques de groupes extrémistes dans les régions frontalières ces derniers mois, a averti jeudi le représentant spécial des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas.
 
« Au Sahel, l’instabilité persistante au Mali se fait sentir jusqu’au Burkina Faso et au Niger, avec des attaques mortelles dans les zones frontalières », a déclaré M. Chambas devant le Conseil de sécurité de l’ONU, mentionnant particulièrement les provinces du nord du Burkina Faso et les régions de l’ouest du Niger.