Les brèves en Afrique de l’Ouest à 13H00 GMT- le 18/06/2017-Nigeria, Mali, Côte d’Ivoire, Bénin : corruption, saisie, Goodluck Jonathan, développement, économie …)

Nigeria : la justice américaine saisi des biens appartenant à des membres de l’ex-gouvernement de Goodluck Jonathan
 
La justice américaine a annoncé avoir confisqué des biens appartenant à plusieurs officiels du gouvernement de l’ex- chef de l’Etat nigérian, Goddluck Jonathan. Parmi les saisies figurent, selon Financial Afrik qui relaie l’information, un « yacht » d’une valeur de 80 millions de dollars et un immeuble de 50 millions de dollars situé aux abords de central Park à New York.« Les Etats-Unis ne sont pas un sanctuaire pour les fruits de la corruption. Les dirigeants d’entreprises et responsables étrangers corrompus ne doivent pas se leurrer… » a déclaré le procureur adjoint, Kenneth Blanco, cité par financial Afrik.
 
Mali : un plan de développement économique pour le nord annoncé
 
Le gouvernement a annoncé une stratégie de développement du nord du pays, chiffré à 2000 milliards FCFA et qui sera étalée sur une durée de 10 à 15 ans. Une manière de rattraper le retard de développement de ces régions, pour Boubou Cissé, ministre de l’Economie et des finances : « Un rattrapage de développement de façon générale (développement économique, développement social), mais un rattrapage qui va nous permettre d’aller vers une émergence sociale et économique sur l’ensemble du territoire malien. »
 
Côte d’Ivoire : le secteur informel représente entre 30 et 40% du PIB (étude)
 
Le marché informel en Côte d’Ivoire représente entre 30 et 40% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, selon un rapport du Fonds monétaire international (FMI). Le rapport publié le 11 juillet 2017, établit un classement des pays d’Afrique subsaharienne en fonction du pourcentage du secteur informel : les taux varient entre 20 et 30%, 30 et 40%, 40 et 50% et 50 à 65%. L’économie informelle de cette région se situe entre 20 et 65% du PIB.
 
Bénin : lancement de la portabilité des numéros mobiles
 
Un projet de portabilité des numéros de téléphone mobile a été lancé le 17 juillet 2017 par les autorités à Cotonou. Initiative de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep-Bénin), ce projet Portabilité des numéros mobiles est défini par les initiateurs comme la possibilité pour un abonné de conserver son numéro en cas de changement d’opérateur de téléphonie mobile.