Les brèves en Afrique de l’Ouest à 13H00 GMT- le 20/10/2017- Sénégal, Burkina Faso, Niger, Côte d’Ivoire : sécurité, alerte, justice, Mohamed Bazoum, défense.

 Sénégal : « menace crédible » d’attentat à Dakar (ambassade des Etats-Unis)

Le gouvernement américain conseille à ses ressortissants vivant au Sénégal à être vigilants dans la fréquentation des hôtels où séjournent en majorité des occidentaux, a-t-on appris de source diplomatique. Ce message de sécurité est motivée par une « menace crédible liée à une activité terroriste potentielle à Dakar », précise un le communiqué (daté du 18 octobre 2017) consulté par Ouestafnews sur le site web de la représentation diplomatique américaine à Dakar. Selon la même source, « le personnel de l’Ambassade des Etats-Unis n’est pas autorisé à séjourner dans des hôtels du bord de mer de Dakar jusqu’à la première semaine de décembre ».
 
Burkina Faso : liberté provisoire refusé pour le général Gilbert Diendéré
 
Au Burkina Faso, la liberté provisoire a été refusée au général Gilbert Diendéré, rapporte RFI, ce vendredi 20 octobre 2017. Accusé d’attentat à la sûreté de l’Etat et de trahison dans le cadre du coup d’état de septembre 2015, son avocat avait demandé la libération d’office du général vu que son mandat de dépôt était arrivé à expiration le 6 octobre. Mais le procureur a refusé au motif que la libération du général Diendéré risquait de porter atteinte à l’ordre public.
 
 Niger : le gouvernement admet une défaillance dans le renseignement, lors de l’attaque d’une patrouille américano-nigérienne
 
Le ministre nigérien de l’Intérieur, Mohamed Bazoum a déclaré que l’embuscade contre une patrouille nigéro-américaine est due à une « défaillance dans le renseignement humain ». «C’est une zone où ils (les terroristes, ndlr) sont plus présents que nous et ils ont des ressources qui leur donnent des informations précises,», souligne-t-il dans un entretien avec RFI. Cette attaque survenue, près de la frontière malienne début octobre 2017, a couté la vie à sept soldats dont quatre nigériens et trois américains.
 
Côte d’Ivoire : renvoi du procès de Michel Gbagbo
 
Le procès de Michel Gbagbo, le fils de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, pour « divulgation de fausses nouvelles » qui devait s’ouvrir vendredi à Abidjan, a de nouveau été reporté à « une date ultérieure », a annoncé son avocat. « L’audience de ce jour, la procédure correctionnelle contre Michel Gbagbo et Laurent Despas a été renvoyée à une date ultérieure en raison de la prise tardive de l’ordonnance de vacation qui organise le programme des audiences », a expliqué à  l’avocat de l’inculpé, Me Ange Rodrigue Dadjé, cité par l’AFP.