Les brèves en Afrique de l’Ouest à 13H00 GMT- le 24/01/2018 – Nigeria, Ghana, Nigeria, Mali : politique, Olesegun Obasanjo, mobile money, banque.

Nigeria : Olesegun Obasanjo opposé à un second mandat de Buhari

L’ancien président du Nigeria Olusegun Obasanjo a, dans une lettre publique diffusée le 23 janvier 2018, demandé officiellement à l’actuel dirigeant du pays Muhammadu Buhari de ne pas se représenter aux prochaines élections présidentielles qui se tiendront le 16 février 2019.Olusegun Obasanjo, qui a dirigé le Nigeria de 1999 et 2007, a justifié sa position en qualifiant « d’échec » le mandat de l’actuel Président. Caractérisé, selon lui, par le népotisme et une mauvaise gouvernance économique du pays.

Ghana : le mobile money suscite plus d’engouements que les banques

Les transactions financières du mobile money ont atteint  un peu plus de 505 millions de dollars fin décembre 2017, selon les données de la Banque centrale du Ghana. Ce montant représente une croissance de 84,6% contre 285 millions de dollars en 2016. Selon les données de la banque centrale, les comptes mobile money actifs sont estimés à 23,95 millions contre 11,43 millions de comptes bancaires à fin décembre 2017.

Nigeria : UBA s’attaque aux marchés sud-africain et angolais

La Banque nigériane United Bank for Africa (UBA) va bientôt étendre ses opérations en Angola et en Afrique du Sud, a déclaré le directeur général de la banque Phillips Oduoza dans des propos relayés par Agence Ecofin. L’objectif de la banque panafricaine, qui avec sa présence significative opère déjà dans 19 pays sur le continent africain, est de tenter de compenser l’effondrement de ses opérations au Nigeria, la plus grande économie africaine, face à un fort déséquilibre économique dû à la chute des prix du pétrole.

Mali : le secrétaire général de l’Onu nomme les membres de la commission d’enquête

Le Secrétaire général a annoncé aujourd’hui sa décision d’établir la Commission d’enquête internationale prévue par l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali. Il a nommé Mme Lena Sundh (Suède), M. Vinod Boolell (Maurice) et M. Simon Munzu (Cameroun) en tant que commissaires et désigné Mme Sundh Présidente. Etablie à la demande des parties signataires de l’Accord, la Commission soutiendra la réconciliation nationale et appuiera les efforts des autorités maliennes dans la lutte contre l’impunité. Les commissaires qui vont enquêter sur les violations des droits de l’homme et du droit internationales commises depuis 2012, disposent  d’un délai d’un an pour soumettre leur rapport au secrétaire général des Nations-unies