Les brèves en Afrique de l’Ouest à 13H00 GMT- le 29/09/2017- Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Burkina Faso : sécurité, climat, budget, éducation.

Mali : la Russie offre deux hélicoptères à l’armée
 
La Russie a offert ce vendredi 29 septembre 2017deux hélicoptères à l’armée malienne dans le cadre de sa coopération avec ce pays d’Afrique de l’ouest confronté une crise sécuritaire depuis 2012, rapporte-t-on de source médiatique. Il y a quelques semaines une pétition signée par 8 millions de personnes demandait l’implication militaire de la Russie pour trouver une solution à la crise malienne.
 
Côte d’Ivoire : 800 personnes déplacées par les inondations
 
Le gouvernement ivoirien a annoncé que près de 800 personnes ont été déplacées par les inondations ces derniers jours, selon un communiqué d’un conseil des ministres. Les mesures prises par le gouvernement, selon le document, ont permis d’évacuer les populations des zones à risques et de restreindre l’ampleur des dégâts, d’éviter les pertes en vie humaines et de recueillir les déplacer sur les sites de recasement.
 
Mali : hausse du budget pour la couverture des dépenses sécuritaires
 
Le gouvernement malien va porter son budget de l’exercice 2018 à 2 330 milliards FCFA soit une hausse de 7,5 par rapport au budget 2017, selon une information rapportée par l’Agence Ecofin. Cette hausse du budget permettra, selon la même source, au gouvernement malien de couvrir les dépenses militaires et sécuritaires, celles lies aux élections générales 2018.
 
Niger : soutien de 31 millions d’euros pour le secteur de l’élevage

La Belgique a mis à la disposition du Niger, une somme de 31 millions d’euros en guise de soutien à deux secteurs : l’élevage et la santé. 16 542 000 euros seront accordés au Programme d’appui au développement de l’élevage, avec une contribution de 2 542 000 euros de l’Etat nigérien. L’objectif est d’accompagner les populations des régions de Tahoua et de Dosso (sur une durée de 48 mois), et à rendre les systèmes de l’élevage plus résilients, durables et performants.

Burkina Faso : les syndicats déplorent le taux d’échec aux examens
 
La coordination nationale des syndicats de l’éducation a déploré, la «scandaleuse trajectoire de contre performances» dans laquelle se trouverait le système éducatif burkinabè depuis une vingtaine d’années. Les résultats des différents examens scolaires de la session 2017, soit un taux d’échec de 71, 15% au BEPC contre 61, 87% au BAC, montrent selon Windyam Zongo, que «le système éducatif burkinabè est depuis des années installé dans une scandaleuse trajectoire de contreperformances».