Les brèves en Afrique de l’Ouest à 19H00 GMT- le 03/08/2017- Côte d’Ivoire, Nigeria, Togo, Gambie : Dangote, finances, migration, administration, politique, manifestation.

Côte d’Ivoire : Les étrangers non membres de la Cedeao soumis à une nouvelle règle

Les ressortissants de l’espace hors Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) résidant depuis plus de trois mois sur le sol ivoirien devront posséder, comme titre de séjour, une carte de résident biométrique, une mesure qui entre en vigueur à partir du 14 août 2017, selon une annonce du gouvernement. Ce document dont le coût d’acquisition est 300 000 FCFA pour une validité de 5 ans remplace le titre provisoire de séjour (Tps) jusque-là en vigueur.

Nigeria : Dangote Cement cède 2,3% de participation à des investisseurs privés

Dangote Industries Limited, (filiale du groupe Dangote) a cédé une participation de 2,3% dans Dangote Cement à des investisseurs étrangers d’une valeur de 86,1 milliards de nairas (236 millions de dollars), rapporte Financial Afrik. Selon la même source, un total de 416 millions d’actions de Dangote Cement a été négocié à 210 nairas, dans six transactions hors marché, entre Stanbic IBTC (une filiale de Standard Bank) et les courtiers de Meristem.

Gambie : retrait des passeports diplomatiques des proches de Jammeh

Le gouvernement gambien a retiré les passeports diplomatiques à l’ex-président Yahya Jammeh, son épouse et plusieurs de ses anciens ministres, a annoncé ce jeudi 3 août 2017 le ministère des Affaires étrangères. Ce retrait concerne « 271 personnes qui ne jouissent plus d’immunité diplomatique. Elles doivent rendre leurs passeports diplomatiques quand elles cessent d’être des diplomates gambiens » a précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saikou Ceesay, cité par l’AFP.

Togo : manifestation pour une refonte de la constitution

Plusieurs milliers de partisans de l’opposition ont participé ce jeudi 3 août 2017 à une marche à Lomé,  la capitale togolaise pour exiger des réformes constitutionnelles limitant le nombre de mandat présidentiels et pour proclamer une modification du mode de scrutin. « Nous sommes sortis pour demander au régime en place de revenir sur ses pas et de faire les réformes comme les togolais le souhaite : une limitation de mandat présidentiel, un scrutin à deux tours pour les élections présidentielles et législatives » a indiqué la secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) et coordonnatrice de Cap 25, Brigitte Adjamagbo-Johnson, citée par l’AFP.