Les brèves en Afrique de l’Ouest à 19H00 GMT- le 03/11/2017- Mali, Burkina Faso, Sénégal : François Compaoré, extradition, médias, festival, économie, diplomatie

Burkina Faso : le MBDHP pour une extradition de François Compaoré
 
Le Mouvement burkinabé des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) a sollicité l’extradition du frère de l’ancien président burkinabé, François Compaoré et annonce la tenue d’une manifestation ce samedi 4 novembre, rapporte la presse locale. « Nous allons tout faire pour que l’extradition qui a été demandé par les autorités puisse suivre normalement son cours. C’est plus que de l’optimisme, nous l’exigeons » a précisé le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré.  

Mali : la Banque mondiale met 8 milliards FCFA dans un programme de réinsertion des anciens combattants
 
La Banque mondiale a débloqué une enveloppe de 8,5 milliards de FCFA pour le programme de réinsertion des anciens combattants au Mali, indique une source officielle. « La Banque mondiale a fait un don de 15 millions dollars américains pour la réinsertion des ex-combattants soit 8,5 milliards de francs CFA pour le volet réinsertion du DDR »,  a déclaré la directrice pays de la Banque mondiale au Mali, Soukeyna Kane, citée par APA.

Burkina Faso : plus de 250 journalistes et défenseurs des droits de l’Homme attendus au FILEP
 
Plus de 250 journalistes, défenseurs des droits de l’homme, des ONG, de représentants de la société civile sont attendus à la 7ème édition du Festival International de la Liberté d’expression et de la presse (Filep), qui se tiendra du 8 au 11 novembre prochain à Ouagadougou, ont annoncé les organisateurs. Cette année, le Festival se tient sous le thème « Défis sécuritaires en Afrique : Rôles et responsabilités des médias ». « Il est bon que les forces de défense et de sécurité puissent construire des partenariats stratégiques avec des medias, parce que les médias se retrouvent courtisés par le terrorisme et du coup, les médias peuvent être l’objet de manipulation par les groupes terroristes pour faire l’apologie de la violence », a dit Boureima Ouédraogo membre du comité d’organisation et aussi président de la Société des éditeurs de la presse privée (SEP).

Sénégal : la part de marché des entreprises française à chuter de 25 à 15% en quinze ans
 
La part de marché des entreprises françaises au Sénégal a diminué et est passée de 25 % à 15 % en quinze ans, annonce-t-on de source diplomatique. « Il est tout à fait compréhensible que la part des entreprises françaises ait été considérablement diminuée sur quinze ans. Nous sommes passés de 25 % à 15 % de part de marché sénégalais en ce qui concerne les entreprises françaises », a souligné l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot.