Les brèves en Afrique de l’Ouest à 19H00 GMT- le 04/09/2017- Nigeria, Bénin, Mali, Togo : corruption, marché financier, sécurité, paix, santé.

Nigeria : l’Ong Serap demande l’émission d’un mandat d’arrêt international contre l’ex-ministre du pétrole

L’Ong nigériane, Socio-Economic Rights and Accountability Project (Serap), a demandé au gouvernement fédéral de lancer un mandat d’arrêt international contre l’ex-ministre du Pétrole, Diezani Alison-Madueke, soupçonnée de détournement de deniers publics. Dans son communiqué dont copie a été transmise à Ouestafnews, Serap assimile les montants présumés volés par Mme Alison-Madueke à un « crime contre l’humanité ». Depuis le début de l’année, la EFCC, qui fait office de brigade anti-corruption annoncé la saisie de plusieurs dizaines de millions de dollars dans des comptes bancaires ainsi que des biens appartenant à l’ex- ministre du Pétrole sous la présidence de Goodluck Jonathan.

Bénin : levée de 27 milliards FCFA sur le marché financier de l’Uemoa

L’Etat du Bénin vient de collecter, 27,5 milliards FCFA sur le marché financier de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) à l’issue de ses émissions simultanées d’Obligations assimilable du trésor (OAT), rapporte  l’agence Umoa-Titres basée à Dakar au Sénégal. A la recherche initialement de 25 milliards FCFA, via son trésor public, la barre est finalement montée jusqu’à 27,5  milliards de FCFA, selon la même source.

Mali : l’Onu envisage des sanctions pour faire avancer le processus de paix

Le Conseil de sécurité de l’Onu va se prononcer,  le 05 septembre 2017 sur un projet de résolution instituant un régime général de sanctions pour le Mali, un pays en grave crise malgré un accord de paix conclu en 2015, rapporte l’AFP, citant des sources diplomatiques. Selon la même source il s’agit ici d’un  régime de sanctions, « dissuasif », qui a pour objectif de contrer les nombreuses entraves à la mise en œuvre de l’accord pour la paix.

Togo : aucun risque ne pèse sur la consommation de tilapia (ministère)

Les autorités sanitaires écartent tout risque concernant la consommation de tilapia, poisson très prisé au Togo. « Il n’y a aucune menace dans notre pays.  Nous avons pris des mesures depuis des mois et toute entrée de tilapia suit les circuits sanitaires rigoureux », a indiqué Komla Batawila, le directeur de l’Elevage. En mai dernier, la FAO avait annoncé la propagation d’une maladie hautement contagieuse chez les tilapias sauvages et ceux d’élevage en Thaïlande, Equateur et Egypte, notamment.