Les brèves en Afrique de l’Ouest à 19H00 GMT- le 17/01/2018- Côte d’Ivoire, Nigeria, Sénégal : taxe, transport aérien, Casamance, économie, croissance.

Côte d’Ivoire : imposition d’une taxe sur les billets d’avions

Le gouvernement ivoirien a décidé d’instaurer une nouvelle taxe sur les billets des vols internationaux au départ et à l’arrivée de l’aéroport international d’Abidjan. Cette taxe présentée comme une « redevance de sécurité » oscille entre 4 000 et 5 000 francs CFA, soit entre 6 et 7,6 euros, et vise à financer les investissements liées à la lutte contre le terrorisme, a informé ce mercredi le ministre Bruno Koné, porte-parole parole du gouvernement.

Nigeria : vers la levée de 700 millions de dollars sur le marché international

L’Etat nigérian envisage de lever 700 millions de dollars auprès de ses partenaires internationaux, apprend-on d’un communiqué du Bureau national de gestion de la dette (DMO), relayé par l’agence Reuters. Cette levée de fonds entre dans le cadre d’un emprunt global de 3,5 milliards de dollars  inscrit dans le plan de dépenses de l’année 2017,

Afrique : la BAD prédit un léger rebond de la croissance

Estimée à 3,6% pour 2017, la croissance devrait s’accélérer à 4,1% en 2018 et 2019 selon le rapport 2018 sur les Perspectives économiques africaines, publié ce mercredi 17 janvier 2018 par la Banque africaine de développement (BAD).

Sénégal : après la tuerie, 22 personnes toujours  maintenues en garde à vue

La garde à vue a été prolongée pour 22 Sénégalais arrêtés dimanche dans l’enquête sur le massacre de 14 personnes en Casamance, région forestière du sud du pays, rapporte l’AFP. Il s’agissait des premières arrestations annoncées depuis le massacre, le 6 janvier, de 14 jeunes hommes venus chercher du bois dans la forêt protégée de Bayotte, proche de Ziguinchor, principale ville de cette région agricole et touristique du Sénégal bordée au nord par la Gambie et au sud par la Guinée-Bissau.