Les exportations africaines moins performantes que prévu, selon un rapport de l’ONU

La part des exportations dans le PIB des pays africains n’est que e 11%, tandis qu’il a atteint 50 pour cent dans les pays non africains en voie de développement, indique le docteur Sam Gayi de la Conférence des nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED), cité par le site web Engineering news.
Par rapport aux autres pays en développement, la croissance des exportations africaines est tirée essentiellement par des facteurs externes comme les prix des denrées, plutôt que la croissance du volume, relève le rapport.
Entre 1995 and 2006, les volumes des exportations et des prix ont augmenté de 6 pour cent par an.
M. Gavi a toutefois déclaré que cette croissance n’était pas durable, dans la mesure où l’augmentation en valeur était due à la demande globale en matières premières, et dès que les prix baissent le volume des exportations chute également.
Le rapport indique qu’une analyse de la composition des exportations africaines montre que beaucoup de pays du continent n’ont pas diversifié leurs produits d’exportation, et que cela augmente la vulnérabilité des pays face aux fluctuations des prix.
Les pays qui ont augmenté leurs revenus grâce aux exportations l’ont réussi à cause de la flambée des prix du baril de pétrole, et de produits comme l’or et le cuivre. Dans les pays africains qui ne disposent pas de ces ressources, les exportations stagnent autour de 5% du PIB.
Les exportations de produits manufacturés ont compté pour 10% des exportations dans seulement 8 pays, mentionne le rapport citant le Botswana, l’Afrique du Sud et la Namibie.
Des pays qui ont maintenu des secteurs agricoles d’exportation ont pu renforcer leurs exportations en les augmentant et en les diversifiant, selon le rapport, qui donne, à titre d’exemple deux pays ouest africains, le Ghana et le Côte d’Ivoire.