Liberia : des soucis pour les ressortissants de la CEDEAO

La gravité de la situation a été telle que les ambassadeurs des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont rencontré la présidente libérienne pour l’en informer, selon le journal libérien The Analyst.
La délégation d’ambassadeurs de la CEDEAO étaient conduite par le doyen du Corps diplomatique, l’ambassadeur de Sierra Leone Patrick Foyah, qui a informé la présidente des agissements des services d’immigration de son pays, sous prétexte que les personnes visées "n’étaient pas en règle".
Les diplomates ont lancé un appel à la présidente pour qu’elle prenne des mesures correctives et ont exprimé le souhait de voir se tenir une rencontre des responsables de l’immigrations des pays membres de la CEDEAO pour se pencher sur cette question.
Mme Johnson-Sirleaf a donné des instructions à son ministre de la Justice pour que des mesures soit prises afin d’arrêter les exactions contre les ressortissants de la CEDEAO et d’en identifier les auteurs pour qu’ils soient sanctionnés, selon l’article du journal lu à Ouestafnews.
Les pays membres de la CEDEAO sont liés par des accords et traités dont certains portent justement sur la libre circulation des personnes et des biens au sein de l’espace communautaire.
La CEDEAO fut un des acteurs majeurs du retour de la paix au Libéria, pays dans lequel l’organisation sous-régionale avait déployé pendant des années ses forces d’interposition (Ecomog, sigle en anglais pour Ecowas Monitoring Group) pour tenter de mettre fin à la guerre civile dans les années 90.
La CEDEAO, dont le prochain sommet des chefs d’Etat doit se tenir fin décembre à Ouagadougou, compte quinze pays membres : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo.