Madagascar : Andryj Rajoelina « prête » serment, mais est isolé par la communauté internationale

Lors d’une fastueuse cérémonie, dont la vidéo à a été visionné par Ouestafnews sur le site de la BBC, on voit le nouveau président prononcer quelques mots en langue nationale avant de se voir faire enfiler une écharpe marquant ainsi le début d’une transition dont la légitimité est contestée par la communauté internationale.
Marc Ravalomanana avait démissionné le 17 mars, poussé vers la sortie par une rue en colère et le manque de soutien de la part de l’armée.
Plusieurs organisations internationales ainsi que des Etats ont assimilé cette accession de l’ex-maire de la capitale à un coup d’Etat et réclament un « retour rapide » à l’ordre constitutionnel.
L’Union africaine (UA), qui dit condamner «fermement ce changement anticonstitutionnel de Gouvernement » a ainsi décidé de « suspendre » Madagascar de participation aux réunions de l’organisation continentale, selon un communiqué parvenu à Ouestafnews.
L’UA a qualifié par ailleurs l’arrivée au pouvoir Rajoelina de « violation flagrante des dispositions pertinentes de la Constitution malgache ».
La veille même de l’investiture du nouveau chef d’Etat, les Etats-Unis ont annoncé la suspension de leur « toute aide non-humanitaire à Madagascar », selon un communiqué du Département d’Etat transmis à Ouestafnews.
Selon ce communiqué, les Etats-Unis condamnent « le processus par lequel Marc Ravalomanana a été poussé à la démission » et assimile l’arrivée au pouvoir de son successeur à un coup d’Etat.
L’Union européenne, la France ont également condamné l’accession au pouvoir de M. Rajoelina, un ancien disc jockey, qui a profité de l’impopularité de Marc Ravalomanana et de sa gestion autocratique de l’Etat pour se propulser au pouvoir.