Mali : IBK, vers un exil aux Emirats Arabes Unis ?

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta présidant une Session du Conseil supérieur de la Magistrature le 30 juillet 2020/Photo : présidence Mali.

Les officiers putschistes regroupés au sein du Comité pour le salut du peuple (CNSP) s’interrogent sur le sort de l’ex-président malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), poussé à la démission le 18 août par une partie de l’armée malienne, selon une information relayée par AfricaIntelligence dans sa livraison de ce jeudi 20 août 2020. Des proches de IBK, selon la même source, ont  fait savoir au CNSP leur souhait de voir l’ex-président malien « très affaibli physiquement », transféré aux Emirats Arabes Unis où il est « suivi médicalement depuis 2019 ».

Cette requête médicale a porté ses fruits auprès de certains officiers putschistes, prêts à autoriser l’ex-président à quitter le pays, tandis que d’autres plaident pour un maintien d’IBK au Mali, ajoute AfricaIntelligence dans son article consulté par Ouestafnews.

Le 18 août 2020, l’ex-président Ibrahim Boubacar Keïta a été arrêté et poussé à la démission par des militaires putschistes. Depuis plusieurs mois, IBK faisait face à une contestation sans précédent de la société civile, des partis politiques, des associations religieuses regroupés au sein du M5-FPR (Mouvement du 5 juin- Rassemblement des forces patriotiques) et qui réclamaient son départ.