Manifestations contre la vie chère à Abidjan: le gouvernement de Côte d’Ivoire annonce des mesures d’urgence

Ces mesures d’urgence concernent d’abord "une suspension des droits de taxes à l’importation" sur environ une demi-douzaine de produits de "grande consommation" dont le riz, le lait et l’huile de table, selon une déclaration du gouvernement lue par son secrétaire général Tyéoulou Dyela Felix sur les ondes de la télévision nationale ivoirienne (RTI, publique).
Le gouvernement ivoirien a aussi pris la décision "d’alléger la fiscalité applicable" à certains de ces produits et de renforcer les mesures de contrôle des prix ainsi que la lutte contre le "racket" qui contribue au renchérissement es prix, selon.
Au moins une personne a été tuée dans les manifestations déclenchées le 31 mars à Abidjan et qui se sont poursuivies le 1er avril dans la capitale économique ivoirienne.
Avant la Côte d’Ivoire, d”autres pays de la sous région ouest-africaine (Sénégal le 30 mars et le Burkina Faso fin février) ont aussi été touchés par les violentes manifestations partout sévèrement réprimées par les autorités.
Un économiste africain, Demba Moussa Dembélé, chercheur et membre du Forum Africain des Alternatives, a préconisé la "réduction de la taille des gouvernements" et le refus par les gouvernements africains d’obtempérer « aux injonctions » de la Banque mondiale et du Fond monétaire international pour mettre fin à ces manifestations.