Mondial 2010 : après la défaite des Ivoiriens face au Brésil, Sven Goran Eriksson plaide le manque de temps

« Peut-être que le temps nous a manqué pour travailler et mettre sur pied la meilleure organisation défensive possible », a dit le technicien suédois nommé en avril dernier à la place du Bosniaque Vahid Halilhodzic à la tête des Eléphants de Côte d’Ivoire.

Le technicien bosniaque n’avait pas survécu à l’élimination des Ivoiriens en quart de finale de la Coupe d’Afrique des nations de football (Can2010) jouée en Angola. Les Ivoiriens grands favoris de cette compétition avaient alors été éliminés en quart de finale par les Fennecs d’Algérie (3-2) après prolongations.

Les dirigeants du football ivoirien pour faire face à la déception des supporters ont préféré se débarrasser de leur technicien, dont c’était la première défaite à la tête des Eléphants depuis sa prise de fonction, deux ans plus tôt.

Remplacé par le technicien suédois, celui-ci avait moins de deux mois pour préparer son équipe.

« Contre le Brésil, il ne faut pas faire certaines erreurs sinon on les paie cash et c’est ce qui est arrivé », se plaçant ainsi au dessus des analystes qui imputent les erreurs à des défaillances individuelles.

Bien en place pendant 20 minutes dimanche, la Côte d’Ivoire a été désorganisée par une passe de Kakà et un but de Luis Fabiano à la 22ème minute.

Un but qui a désorganisé tout le système défensif ivoirien, a souligné le technicien suédois qui au contraire de son prédécesseur, a joué avec un axe défensif nouveau composé de Kolo Touré et de Didier Zokora.

Son prédécesseur avait titularisé Souleymane Bamba au côté de Kolo Touré pendant les trois matchs de la coupe d’Afrique. Un duo qui ne faisait pas apparemment son affaire.

Sur le second but brésilien trois défenseurs, Kolo Touré, Zokora et Siaka Tiéné ont été dominés par Luis Fabiano avant que celui-ci ne marque.

Sur le 3ème but, c’est le dernier nommé qui était en retard laissant au milieu de terrain brésilien, Elano le soin de marquer un sur un plat de pied.