Mondial 2014: la fondation Pax Africana déplore les lacunes des sélections africaines (communiqué)

«Depuis le 12 juin dernier, le monde entier suit avec assiduité et une passion guillerette les matches qui meublent la XXème édition de la Coupe du monde au Brésil. Irremplaçable trait d’union entre les peuples du monde entier, le football est également un puissant vecteur de Paix et de Développement sur la planète, quand sa pratique jouit d’une organisation administrative saine et structurée.
 
L’édition 2014 de cette compétition mondiale qui est déjà au stade de la 2ème journée des matches de poule a laissé transparaître des lacunes injustifiées dans le rendement de plusieurs joueurs africains. Les schémas tactiques mis en place par la plupart des cinq représentants du Continent noir dans ce tournoi mondial ont laissé entrevoir de nombreuses lacunes. Des erreurs coupables et intolérables à ce stade de la compétition, qui focalise l’attention de plus d’un milliard de téléspectateurs tous les quatre ans, ont été manifestes.
 
Certes, la Côte d’Ivoire et le Ghana se sont efforcés de sauver l’honneur sportif de tout un Continent à travers leurs premières sorties, respectivement contre le Japon et les USA. Cependant, ces bons rendements fugaces ne constituent que l’arbre qui cache la forêt des énormes insuffisances étalées par les équipes d’Afrique aux yeux du monde entier. Toute la grande famille du football africain dont les multiples stars, éparpillées aux quatre coins du monde, épatent le public durant chaque saison sportive risque d’être décrédibilisée. La sortie des “Super Eagles” du Nigeria contre l’Iran fut consternante. Elle a symbolisé, ces derniers jours, le summum des approximations africaines dans une compétition de haut rang.
 
Au regard de la place prépondérante qu’occupe le football dans le vécu quotidien des Africains où il vaut plus qu’une simple passion, PAX AFRICANA (Forum Panafricain pour la Paix et le Développement) convie les cinq représentants de l’Afrique au Mondial 2014 à se ressaisir, avant d’aborder les deuxièmes rencontres de la phase de poule.
 
Ces ambassadeurs doivent plus que jamais garder à l’esprit qu’ils ne défendent pas seulement leurs propres mérites professionnels lors de ces rencontres, mais aussi et surtout l’honneur de 54 Nations. L’Afrique qui prend part à cette grand-messe du sport depuis les années 30 (Egypte en Italie en 1934) mérite meilleur sort et un honneur plus grand au-delà d’un simple Coubertinisme (l”‘essentiel est de participer”) qui est lui-même dépassé dans toutes les compétitions modernes.
 
Ce sursaut d’orgueil couplé avec une prise de conscience aussi bien dans les rangs des dirigeants sportifs que des joueurs  sont les meilleurs canaux pour l’Afrique de continuer à soutenir le plaidoyer qui veut que la FIFA augmente, dans les meilleurs délais, le nombre de places du Continent noir en phase finale de Coupe du monde».//FIN