Mondiaux d’athlétisme : Murielle Ahouré, petite éclaircie dans la grisaille ouest-africaine

La double vice-championne du monde a remporté, à elle seule, deux des quatre médailles de l’Afrique de l’Ouest à cette compétition mondiale à laquelle douze pays de la sous-région ont pourtant participé.

L’autre satisfaction est la Nigériane Blessing Okagbare qui a gagné les deux médailles restantes. Blessing Okagbare est vice-championne du monde en saut en longueur et médaillée de bronze au 200 mètres, derrière Ahouré, qui a gagné l’argent sur la même distance.

Le Nigeria aurait pu mieux faire, n’eût-été l’échec de son équipe féminine à la finale du 4X400. Ce pays a pourtant déplacé la plus grande délégation, avec 18 athlètes. Le Sénégal a présenté cinq athlètes et la Côte d’Ivoire trois.

Les autres pays, qui ont fait de la figuration, ont déplacé chacun un seul athlète. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, de la Mauritanie, de la Sierra Leone et du Togo.

Le Sénégal est également passé à côté d’une médaille au 100 mètres haies, avec Mamadou Kassé Hanne, classé 7e et avant dernier de la finale avec un chrono de 48s 68.

Ailleurs en Afrique, il faut noter les bonnes performances des athlètes éthiopiens, kényans et ougandais sur les courses de fond. Ce qui a permis au Kenya et à l’Ethiopie d’occuper respectivement les quatrième et cinquième places au classement des 210 pays participants, derrière la Russie, les Etats-Unis et la Jamaïque

Le Kenya et l’Ethiopie comptent chacun dix médailles dont trois en or. Le Kenya totalise quatre médailles d’argent là où l’Ethiopie en a trois.