Niger : Moussa Kaka boucle un an en prison, ses confrères « fustigent l’acharnement » du gouvernement

Moussa Kaka, directeur d’une radio privée de Niamey, « Saraouinia », et correspondant de Radio France Internationale à Niamey, avait été arrêté le 20 septembre 2007 et accusé de complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat.
Ces confrères affirment qu’il a été arrêté en raison de ses « contacts professionnels » avec la rébellion touarègue qui mène un combat contre le gouvernement nigérien dans le nord du pays. Ce que réfute le gouvernement nigérien.
Depuis son arrestation, le cas Moussa Kaka, a connu plusieurs rebondissements, dont le prononcé d’un non lieu par un juge d’instruction, mais sans que cela ne puisse aboutir à sa libération.
« Moussa Kaka est victime de l’acharnement d’un régime liberticide, qui depuis l’éclatement du conflit armé en février 2007 a mis en marche une machine à broyer la presse indépendante » affirme ces organisations nigériennes dans un communiqué transmis à Ouestafnews.
Hormis l’affaire Moussa Kaka, plusieurs autres contentieux opposent le régime du président Mamadou Tandja aux journalistes de son pays, dont la fermeture de la « Maison de la presse » depuis le 30 juin.
A cela s’ajoutent de fréquentes décisions de suspension ou de fermeture d’organes de presse privés ou de procès contre des journalistes ou des directeurs de publication.