Niger : vers une structure de contrôle des conditions de détention  

Une réunion du conseil des ministres à Niamey. Image/Présidence du Niger

Le gouvernement nigérien va mettre en place un établissement à caractère administratif dénommé « Agence nationale des Alternatives à l’incarcération et de la Réinsertion » (ANAIR) pour une humanisation des conditions de détention, indique un communiqué d’un conseil des ministres.

« La politique pénitentiaire et de réinsertion a été adoptée (…) en vue de doter le Niger d’une administration pénitentiaire moderne et professionnelle axée sur l’humanisation des conditions de détention, le respect des droits des détenus et leur réinsertion sociale », précise le document daté du 26 août 2020.

Cette politique s’articule sur différents axes, dont la réforme de l’Administration pénitentiaire et le renforcement de la gouvernance ; l’humanisation des conditions de détention ; la réinsertion sociale des détenus et la productivité des établissements pénitentiaires.