Nigeria : l’énergie aux mains des nationaux ?

« Les compagnies nigérianes comme Atlantic Energy ont soutenu la hausse de la participation locale dans ce secteur », a affirmé M. luko, dans un communiqué parvenu à Ouestafnews tout en rappelant que cinq ans en arrière « six à sept compagnies pétrolière internationales produisaient plus de 97 % du pétrole et du gaz au Nigeria. Maintenant, les compagnies nigérianes en assurent près de 10 % ».

Le patron d’Atlantic Energy s’exprimait lors de la Semaine africaine des hydrocarbures, une conférence internationale, qui s’est tenue récemment au Cap, en Afrique du Sud, rapporte la même source.

« Je crois que nous pouvons atteindre 30% de la production de pétrole et de gaz assurée par les compagnies nigérianes dans cinq ans », a soutenu l’homme d’affaires nigérian.

En septembre 2013, un autre homme d’affaires nigérian, Aliko Dangote, considéré comme « l’Africain le plus riche », annonçait la construction de « la plus grande raffinerie de pétrole en Afrique », qui sera basée dans son pays le Nigeria et sera opérationnelle dans trois ans.

Cette infrastructure « va générer plus de 10.000 emplois directs et marquera la fin de l’importation de produits raffinés par le Nigeria », déclarait Aliko Dangote, président du groupe qui porte son nom, cité par plusieurs titres de la presse locale.

Le pétrole génère près de 95 % des exportations, 80 % des revenus fiscaux et un tiers du PIB du Nigeria. Le niveau estimé des réserves serait de 35 milliards de barils selon l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep), mais a régulièrement progressé ces dernières années grâce à la prospection off-shore, indique Wikipedia.

Le Nigeria est également le deuxième producteur africain de gaz avec 3.700 milliards de mètres cubes et 2, 5% des réserves mondiales prouvées, selon Wikipedia.
Deuxième producteur de brut du continent africain derrière l’Angola et quinzième mondial, avec 2,5 millions de barils par jour, le Nigeria se distingue paradoxalement par son manque de raffineries fonctionnelles et son déficit énergétique qui prive d’électricité une grande majorité de ses 160 millions d’habitants.