Nigéria : le salaire minimum doublé

« Nous avons répondu de façon appropriée à une revendication de nos travailleurs », a déclaré le vice-président du Sénat Ike Ekweremadu, pour expliquer la décision, avant d’ajouter que le Sénat venait de « démontrer toute la conscience » qu’elle avait « de la souffrance des populations ».

« Ce pays est assez riche pour couvrir tous nos besoins», a-t-il poursuivi.

Son collègue Victor Ndoma-Egba, à quant à lui estimé que « les travailleurs nigérians méritent cette hausse, vu le gaspillage de leur gouvernement » avant de plaider pour que le salaire minimum soit indexé au coût de la vie « une bonne fois », afin d’éviter les recours intempestifs au parlement.

L’augmentation du salaire minimum est une vielle doléance des syndicats nigérians pour faire face à l’augmentation des prix des denrées de base et du transport.

Le Nigerian labour congress (NLC) et le Trade union congress (TUC), les deux principales centrales syndicales du pays obtiennent ainsi gain de cause après avoir eu recours à plusieurs grèves générales en 2009 et en 2010.