Pétrole en hausse et difficultés agricoles plombent les économies ouest africaines

Pétrole en hausse et difficultés agricoles plombent les économies ouest africaines
"Les dernières estimations situent le taux de progression du produit intérieur brut à 3,6 % en termes réels, pour l’ensemble de l’Union économie en 2006, contre une réalisation de 4,1 % en 2005", déclare la BCEAO dans un communiqué publié à l’issue d’un Conseil d’administration réuni en session ordinaire le 7 septembre à Lomé.
La hausse du prix du pétrole a aussi comme conséquence, des "tensions sur les prix intérieurs qui persistent", selon le même communiqué reçu par Ouestafnews.
"Ainsi malgré l’atténuation des pressions sur les prix des céréales d’une année à l’autre, le taux d’inflation est ressorti à 2,8 % en moyenne au cours du premier semestre 2006", souligne la BCEAO.
Par ailleurs, les administrateurs de la Banque ont été informés que depuis le 24 août, sa direction a procédé à un relèvement de ses taux directeurs, en faisant passer "le taux de pension de 4,0 % à 4,25 % et le taux d’escompte de 4,50 % à 4,75%".
Ces mesures visent essentiellement à anticiper sur les "tendances prévisibles de l’inflation" au sein des pays de l’Union, affirme la Banque.
En dépit de toutes ces inquiétudes, la BCEAO dit noter "avec satisfaction, la poursuite de la consolidation des avoirs extérieurs bruts de l’Institut d’émission qui assurent, à fin juin 2006, la couverture des engagements monétaires à vue à hauteur de 118,9 %" alors que les réserves de change officielles "représentent cinq mois d’importation de biens et services."
Les huits pays de l’UMOA partagent la même monnaie, le franc CFA d’Afrique de l’ouest. Ce sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali , le Niger, Le Sénégal et le Togo.
Même s’il peine à se concrétiser, un processus d’intégration est en cours depuis plusieurs années pour créer une deuxième zone monétaire ouest africaine avec une monnaie unique qui inclurait quelques pays ouest africains non-membres de l’UMOA, l’objectif étant d’aller plus tard vers une seule et unique zone monétaire dans l’ensemble de la sous-région.