Présidentielle au Mali : des candidats malheureux du premier tour exigent le départ du ministre en charge des élections

Dix-huit des 24 candidats à la présidentielle malienne du 29 juillet ont «exigé» ce lundi 6 août 2018, «la démission» du ministre chargé des élections et appelé à manifester le 07 août 2018, dénonçant un «hold-up électoral» par le camp du chef d’Etat sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, arrivé en tête du premier tour du scrutin.

«Le collectif des candidats à l’élection présidentielle exige la démission du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Mohamed Ag Erlaf), principal responsable du hold-up électoral», affirment ces 18 opposants dans une déclaration lue lundi à Bamako par leur chef de file, Soumaïla Cissé, qui a recueilli le 29 juillet 17,8% des voix, contre 41,42% pour Ibrahim Boubacar Keïta.

Les 18 appellent «les populations de Bamako et Kati (près de la capitale) à participer massivement au grand meeting de dénonciation de la fraude et de défense de la démocratie», prévu demain dans l’après-midi dans la capitale, Bamako.