Présidentielle en Guinée Bissau : le Nigérien Salou Djibo à la tête des observateurs de la Cedeao

Le général Djibo, a dirigé le Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie (Csrd) au pouvoir entre février 2010 et avril 2011 après destitué le président mamadou Tandja qui venait de modifier la constitution de son pays pour s’octroyer un troisième mandat.

L’ex-chef d’Etat nigérien dirigera une équipe de 80 observateurs, selon un communiqué de la Cedeao parvenu à à Ouestafnews.

Le général Djibo avait été félicité par la communauté internationale pour sa gestion exemplaire de la transition consécutive au coup d’état en février 2010 contre le président Tandja qui avait permis le retour de la démocratie dans son pays et l’élection de l’opposant Mahamadou Issoufou

L’élection présidentielle anticipée en Guinée Bissau, fixée au 18 mars 2012 fait suite au décès du président Malam Bacai Sanha, le 09 janvier 2012. Neuf candidats iront à la conquête des urnes dont l’ancien président Kumba Yala, renversé par un coup d’Etat militaire en 2003, après trois ans de pouvoir.

L’issue de ce scrutin est jugé capitale pour ce petit pays ouest africain, ancienne colonie portugaise, caractérisé par une instabilité gouvernementale chronique depuis son accession à l’indépendance en 1975.

« La compétition inter- et intra-partisane présente des risques pour les partis politiques, du communautarisme à l’instrumentalisation de factions de l’armée » a averti l’ONG International Crisis Group dans un rapport publié en Janvier 2012.

Ce scrutin se déroule aussi dans un contexte de réforme de l’armée et de la lutte contre le trafic international de drogue, en provenance d’Amérique latine.