Projet de nouvelle constitution au Niger : une clause pour favoriser la promotion du personnel local dans les sociétés étrangères

Cette décision, a pour objectif « d’encourager (la) formation et (la) promotion » du personnel local « dans la hiérarchie de ces compagnies », indique un communiqué du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD, junte militaire), parvenu à Ouestafnews ce vendredi 3 septembre.

« L’inclusion de cette disposition dans le texte fondamental témoigne de l’importance que l’Etat entend accorder au secteur de l’emploi dans notre pays », ajoute la même source.

La nouvelle Constitution du Niger sera soumise à referendum le 17 novembre prochain, en prélude aux futurs scrutins programmés pour remettre le pouvoir à un régime civil, après le putch du 18 février qui a destitué le président Mamadou Tandja, après des mois d’impasse politique.

Plusieurs compagnies étrangères sont implantées au Niger notamment dans le nord-est, où elles interviennent dans l’exploitation du pétrole, de l’uranium et de l’or.

Les acteurs de la société civile nigérienne ont souvent dénoncé l’accaparement par les société étrangères de tous les profits générés par ces activités qui jusque là ont très peu bénéficié aux populations nigériennes.