Protection du coton africain : l’Aca opte pour des stratégies régionales

« Il s’agit pour l’Association cotonnière africaine d’adapter ses stratégies, ses objectifs et son organisation aux mutations du système économique mondial en élaborant une planification dite stratégique et dont la mise en œuvre entend tenir compte de la configuration du continent en cinq communautés économiques régionales », a indiqué M. Diop à l’issue des 8èmes journées annuelles de l’Aca.

Ces journées ont été clôturées le 12 mars 2010 à Yaoundé (Cameroun), rapporte le quotidien privé béninois Fraternité consulté par Ouestafnews.

« Nous allons tenir des ateliers régionaux, faire le recensement de l’ensemble des sociétés cotonnières et leurs partenaires », a-t-il assuré.

Les villes de Yaoundé (Cameroun) pour l’Afrique centrale, Bamako (Mali) pour l’Afrique de l’Ouest, Dar es Salam (Tanzanie) pour l’Afrique de l’Est et australe, et Khartoum (Soudan) pour l’Afrique du Nord ont été retenues pour les ateliers régionaux.

Le journal rapporte que l’Aca affirme « continuer de dénoncer avec véhémence » les subventions octroyées par les puissances industrialisées à leurs producteurs cotonniers, notamment les Etats-Unis, créant de ce fait une concurrence déloyale au détriment de l’Afrique.

En 2007, cette association évaluait à 250 milliards de francs CFA les déficits cumulés du coton africain causés par les subventions.

L’Aca cherche également à sauver la filière du coton africain marquée par une chute de plus de 60% de la production.